SUNTRIP 2018, étape 14

SUNTRIP 2018, ÉTAPE 14, arrêt à Ochodza en Pologne

Temps mitigé; nuageux et soleil jouant à cache cache avec les nuages

Bilan vélo: 156 km, moyenne 19,8 km/h, durée 7h52 mn, vit max : 47,5 km/h, A min 5,97, A maxi 19,2, Régénération : 3,8%, 1719 Watts-heure soit 10,6 Watts-heure/km – 34,43 Ah

Panneaux voltaÏques : 1010,2 Watts-heure.

Après une nuit où j’ai mal dormi car je n’ai pas arrêté de penser que je n’arriverai peut-être pas à gérer les dates du visa russe, sachant que nous avons été prévenu que les russes ne plaisantent pas avec cela, et sans petit déjeuner pris, je démarre ma journée de vélo. J’ai demandé de l’aide à Annick Marie (webmaster suntrip et fille adorable) pour m’aider à faire le point avec elle : 1365 km à faire pour être à la frontière russe et 1300 km pour traverser la Russie et il me reste 28 jours soit moins de 100km par jour. Donc si je tiens la cadence et sans problème, cela devrait être bon.

Comme vous pouvez le constater, je n’arrive pas à ne recharger que par le solaire car le temps ne le permet pas (1719 Wh consommés pour 1010 Wh produits). C’est pourquoi je me suis tant acharnée, mais sans succès, à avoir une remorque avec les 3 panneaux solaires exposés. Je suis donc obligatoirement condamnée à m’arrêter pour déployer le 3ème panneau. Et aujourd’hui avec ce temps, cela a été très pénible. Je me suis arrêtée de 10h30 à 11h30 pour recharger. Mais le soleil a été caché les 3/4 du temps. J’ai donc fini par repartir, puis j’ai essayé à nouveau entre 13h30 et 14h30 mais le résultat a été aussi peu concluant. Et enfin à partir de 16h le ciel a été dégagé et j’ai pu enfin recharger. Soit 3h de perdues. Vous devez vous demander pourquoi je m’acharne tant à recharger ? Et bien c’est simple, si je n’arrive pas à recharger, je ne pourrais pas faire mes 150 km/jour, objectif que je me suis fixé. C’est un objectif raisonnable compte tenu de mon âge. Je ne veux surtout pas faire d’exploit, tenter un kilométrage impossible à faire. L’important est de pouvoir aller au bout du défi.

Lorsque le temps était exécrable, certains concurrents dans la course « au tout solaire » ont voulu rouler « motorless  », terme suntripeur compte tenu du nombre de nationalités différente, l’anglais est très pratiqué entre nous. Vu le poids élevé de l’ensemble remorque + vélo, je ne ferais jamais cela. Bernard (vainqueur 2015) et son fils Yann ont essayé de faire cela et le pauvre Yann (25 ans) a maintenant une tendinite. Je ne sais pas comment cela va évoluer pour lui.

Je roule donc tranquillement, sans jamais forcer et en essayant d’être le plus régulière possible. C’est pourquoi s’arrêter 3h pour essayer de charger de quoi finir la journée est très frustrant. Mais comme je n’ai pas le choix, il faut que je n’y habitue.

Le chemin que j’avais préparé est très agréable, sûrement beaucoup plus long que la ligne la plus courte mais pas de bruit, peu de camion, peu de voitures, mais oui c’est sûr cela me rallonge mon parcours (il n’y a pas assez de km à faire !…). Ceci dit, je sais que je ne peux pas continuer comme cela à cause du visa russe. C’est le seul visa qui pose problème. Pour le visa chinois, on a 3 mois mais à partir de la date d’entrée donc beaucoup plus simple à gérer.

Donc journée de vélo sans problème sauf un incident qui aurait pu mal se terminer. Je traverse une petite ville tranquillement et soudain la voiture devant moi pile. Cela ne m’était encore jamais arriver de m’arrêter en urgence. Et bien maintenant je sais. Le vélo a parfaitement freiné … Mais la remorque s’est mise à 90° immédiatement. A ma grande surprise, je ne suis pas tombée, le vélo et la remorque curieusement s’équilibrant parfaitement. Une voiture me doublait à ce moment là et la remorque s’est arrêté à 5 cm de sa portière. Heureusement qu’il me doublait large. Pourquoi cet arrêt brutal ? Parce que la voiture devant avait un passage piéton et quelqu’un voulait traverser. Maintenant je sais et je serais vigilante sur ce point.

Le soir, dès que mon compteur m’indique que j’ai franchi les 150 km, je cherche un endroit pour m’arrêter. Donc je roule très doucement et je regarde attentivement les maisons pour savoir laquelle choisir. Je constate à ce moment là qu’un couple de cyclistes me suis en regardant mon vélo. Immédiatement je m’arrête pour répondre à leurs questions. Heureusement, ils parlent anglais. Je leur explique à la fin que maintenant je cherche un endroit pour recharger mon vélo et dormir. Nous sommes en face d’une maison dont le mur est en réparation et le portail ouvert. Immédiatement la cycliste d’adresse à une femme dans le jardin. Une discussion s’engage entre elles et pour finir, … je suis accueillie.

Immédiatement, Petit Prince est mis en charge. Puis le repas arrive avec une bonne bière. La cycliste lui a expliqué qu’on devait bien me nourrir après une journée à pédaler. Et je me retrouve devant un plat qui tient bien au corps et une bonne bière. Quel accueil !

Ils m’autorisent à planter la tente dans le jardin. Je commence donc à la sortir lorsqu’une voiture arrive dans leur jardin. Un homme en descend et s’adresse à moi en français. C’est un voisin polonais qui a vécu plusieurs années en France. Ils me posent plein de questions et traduit après pour ses voisins. Il me fait rire car il me dit que ce que je fais est tellement hors culture qu’il doit bien expliquer tout. Puis à la fin, il me dit de ranger mes affaires de tente car je viens coucher chez lui. C’est la première fois de mes voyages que je mange chez quelqu’un et dors chez quelqu’un d’autre. Moi, pour qui les rencontres sont très importantes dans le voyage, je suis servie.

J’ai un superbe lit et je dormirais bien 8h d’affilée, ce qui, pour moi l’insomniaque, est fabuleux : copieux petit déjeuner et je suis prête à partir. 

Merci Marius, Ela, Alan (le fiston) pour votre accueil si chaleureux

17 réflexions sur « SUNTRIP 2018, étape 14 »

  1. Bravo Corinne pour ta ténacité. Cet arrêt dans de bonnes conditions matérielles et humaines ont dû te faire le plus grand bien ainsi qu’à ton petit prince. Il y en aura d’ autres, sûrement. Gardes ton rythme et crois en toi. Tu vas y arriver, j en suis persuadée. Bisous

  2. Toujours aussi vaillante malgré toutes les difficultés, que de km parcourus en une journée. C’est mieux que les coureurs du tour de France!
    Bon courage
    Bernadette

  3. Hallo Corinne, I read you are well. I often think at Monday last week when you stood here with me. It was a nice time with you. I wish you all the best! Many greetings Heidi from Ach

    1. Hi Heidi, I’m so glad you followed me. You know, I keep a wonderful memory of our meeting and the help you gave me when I was in great difficulty (without engine). I keep a superb image of you. We sit side by side at the kitchen table talking quietly. This 16 year old dog, which you saved from euthanasia, puts his head on your lap and looks at you with love. And you caress your head. It is this beautiful image reflecting so well your generosity and the beautiful person that you are that I care

  4. Bravo Corinne pour toutes ces rencontres que tu sais provoquer et qui enrichissent incroyablement ton voyage.
    Peu à peu, au fur et à mesure de ton récit, on sent que tu commences à dominer la situation. Tu tiens le bon bout, tes propos en témoignent.
    Félicitations admiratives

    Bises
    Bises

    1. Tu as raison, Philippe, petit à petit, je prends confiance en moi. La seule chose que j’appréhende, c’est les problèmes techniques que je ne saurais pas résoudre. mais en attendant, cela s’améliore de jour en jour

  5. Chère amie! Nous sommes tellement contentes de te suivre encore dans tes aventures par le monde avec la compagnie de petit prince.
    Après notre rencontre, nous avons acquis deux vélos que nous aimons sortir en promenade! Tu es toujours une belle inspiration! Nous te suivons! Grosse accolade!

    1. Bonjour Jeanette
      Je suis drôlement contente que vous ayez acheté 2 vélos et que vous partiez faire des ballades. Cela va vous aider à rester en grande forme. Merci de continuer à me suivre après le Canada

  6. Bravo encore une fois. Quel courage.
    Juste un petit soucis pour te suive.
    Sur ton blog on ne peut remonter tes étapes que jour par jour et non au choix et pire à l’etape 7 l’etape précédente te promène à Halifax au Canada sans possibilité autre!
    Un technicien pourra t-il y remédier ?
    Bise

    1. Bonjour Jean-Baptiste
      Je n’avais pas anticipé que les évolutions du site wordpress me mettrais en difficulté alors que j’avais géré sans problème le site pour le Canada. Mon fils Edouard est entrain de s’en occuper pour résoudre les problèmes. je suis désolée pour cela. Bisous

  7. Salut Corinne.
    Je suis heureuse de voir que tu commences à avoir un bon rythme, et que cela devrait te permettre sans problème de faire la traversée de la Russie. L’expérience de ce freinage brutal semble prouver que cette nouvelle roue sur ta remorque donne de la stabilité, tant mieux! Tu as dû avoir encore une belle frayeur.
    Merci de nous faire partager les rencontres que tu fais et l accueil que tous ces gens te réservent.Je ne pense pas que tes collègues qui sont en tête aient le temps de vivre ce genre de choses.
    Continue ainsi Corinne, je t embrasse

    1. Tu sais Odile que ta boutade « on ira te chercher en prison en Russie » m’a complètement décontracté par rapport à ce problème éventuel. Comme quoi l’humour a vraiment des vertus fabuleuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *