SUntrip 2018 Étape 8

Mardi 26 juin, Mitterberg, Autriche

Météo: pluie, nuages et une petite éclaircie à midi mais très brève

Bilan vélo

A l’arrivée, il reste 46,6 V (sur un total possible de 54V

-131 km parcourus, moyenne 19,3 km/h, durée: 6h45mn, 3,9% de régénération moteur (rappel, due au frein droit actionné dans la descente qui permets d’avoir un freinage moteur), 27,61V, 1339,6 Watts-heure

– Panneaux voltaïques; 699,86 Watts-heure. L’absence de solaire se fait cruellement sentir.

Une journée un peu morose question temps avec des ondées. A vélo, vous vous habillez pour la pluie, puis quand celle-ci s’arrête, vous avez trop chaud, vous vous déshabillez pour recommencer un moment plus tard, ce n’est pas très agréable.

J’ai suivi les conseils d’Heïdi, ne pas aller en ligne droite mais suivre le fleuve Danau pour profiter du plat. La matinée, j’ai donc roulé pour atteindre Passau afin de pouvoir suivre le fleuve. Au passage de Passau, j’ai profité d’une éclaircie, sur une belle place, pour essayer de faire bronzer Petit Prince.

La première partie de la route cyclable le long du fleuve borde une route très fréquentée et très bruyante et comme il pleut en plus, difficile d’en profiter. La seconde partie est plus agréable, il ne pleut plus et la route qui borde la piste cyclable est peu fréquentée, une petite éclaircie qui sera brève et qui ne permet pas de recharger en solaire est bien agréable. On voit que le soleil n’est pas loin car il apparaît régulièrement mais il n’arrive pas à rester. Pas de dénivelé, je suis contente de faire un peu de plat.

 

Je me rends compte que dans ma préparation, j’ai vraiment loupé quelque chose, c’est le parcours avec son dénivelé. J’ai regardé le trajet à fond mais je n’ai pas particulièrement regardé les dénivelés et l’étape d’aujourd’hui en est un bon exemple. Je n’avais pas prévu de suivre le bord du fleuve mais d’aller beaucoup plus droit, ce qui était bien plus pentu. Il est trop tard pour tout refaire maintenant mais je suis sûre que je me pénalise beaucoup.

J’avais étudié le relief pour la traversée du Canada, mais les choses étaient beaucoup plus simples car dans plein d’endroits, il n’y avait qu’une route.

Marie Coviaux (regardez la championne qu’elle est, son palmarès est impréssionnant), qui me fait le plaisir de me suivre et de m’encourager me l’a démontré hier soir avec une application « Local map ». Cela me fruste beaucoup de voir que je me suis plantée à ce niveau là et que je ne peux pas corriger. En effet pour cela, il faut du temps de libre et je n’en ai pas beaucoup. Les journées sont bien remplies en cyclotourisme (le terme tourisme n’est pas très approprié ici car il faut toujours avancer).

Savoir qu’il faut rouler 130 km à 150 km par jour pour essayer d’arriver en 100 jours à Canton, défi posé par l’organisation, mais surtout délais pour pouvoir mettre les vélos dans le train afin de les rapatrier, est un peu pour moi, comme avoir une épée de Damoclès au dessus de la tête. Pour le moment, je ne le vis pas très bien mais peut-être est-ce du au fait que je démarre et que je ne suis pas encore dans le rythme.

Pour le moment, les arrêts le soir sont dictés par l’état de charge de la batterie. Hier , j’aurais bien fait 20 km de plus, mais les montées arrivaient et je ne voulait pas me trouver en rade au milieu d’une montée. J’ai donc préféré m’arrêter dans un camping au bord du fleuve. J’ai essayé de recharger car il y avait un rayon de soleil mais il a vite disparu. Je me suis donc résolue à brancher mon chargeur pour la nuit. Vu mon expérience actuelle, pour le moment, je ne conçois que le solaire mixte (soleil + recharge) car je ne me vois pas plantée dans ce camping en attendant que le seigneur Soleil veuille bien faire son apparition pour pouvoir repartir. D’ailleurs pour mes prochains voyages solaires, j’aurais toujours un chargeur dans mes bagages. Par la suite, quand j’aurais du soleil matin et soir, cela sûrement différent.

Le matin, lever à 5 h pour pouvoir vous écrire la newsletter pour un départ à 8h1/4. Le camping étant lié à un hôtel restaurant, je m’offre un repas pantagruélique pour la journée.

Mon site ayant été bloqué 2 jours suite à un bug informatique, j’ai fait faire une restauration à partir du 20 juin, si bien que j’ai perdu les 6 premières étapes. Je ne sais pas comment faire pour essayer de les récuperer

Une réflexion sur « SUntrip 2018 Étape 8 »

  1. Bonjour Corinne.Si je comprends bien, pour l instant Petit Prince ne risque pas les coups de soleil!.On voit sur les photos des bords du Danaau que la route était plus paisible, je crois que tu as bien fait de ne pas ajouter 20km et prendre le risque de nouveaux soucis.
    Je crois bien que tu vas trouver ton rythme dans peu de temps, ne te mets pas la pression, c est inutile, on a bien vu au Canada comment tu as progressé.
    Je ne sais pas si c est lié au même problème, mais moi non plus je n ai pas pu aller sur ton site pendant 2 jours.
    Quel mérite de te lever à l aube pour écrire, ça aussi c est une sacré performance.Merci pour tous les détails et les photos.
    Je t embrasse très fort.
    Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *