Etape 102, de Middleton à Falmouth, 85 km

Jeudi 6 octobre 2016, température de 7°C  à 22°C, temps absolument magnifique ensoleillé .

Après ma nuit au B & B où les propriétaires se sont très gentiment occupés de moi, Petit Prince et moi avons repris la route sous un magnifique soleil mais la température est fraîche le matin. Aujourd’hui , je verrai bien plus de mélanges de couleurs et c’est absolument superbe, je roule doucement et je savoure. Sur les 20 premiers km, la route est en excellent état et les couleurs magnifiques

Je trouve que les cimétières canadiens sont d’une grande sobriété et simplicité. Du coup, je ne les trouve pas triste comme nos cimetières. Ils appellent à la sérénité et ne sentent pas la mort comme chez nous.

Au passage sur la route, je vois une peinture murale. C’est incroyable la précision de cette peinture. Ici pas de tags, alors cette peinture reste et elle est signée d’un artiste local.

Puis toute la journée, je trouverais des courges à vendre.


Regardez la taille de ces courges. J’ai appris ce soir, que dimanche prochain, à Windsor, il y a la « pumpkin race ». Les grosses courges sont creusées et mises à l’eau. Une personne se met dedans et pagaie. Cela doit être  drôle. C’est dommage de rater cela.


Photos tirés d’internet.


Je n’ai jamais imaginé qu’une courge creusée puisse flotter avec un homme à l’intérieur.


Et le paysage champêtre continue d’avoir plein de couleurs

Par contre la route est devenue très dégradée et pour un vélo, c’est vraiment dangereux et scandaleux de laisser une route se dégrader à ce point. Je dois être hyper vigilante et je râle car du coup j’ai moins le temps d’observer autour de moi. J’ai même vu un trou d’environ 15 cm de profondeur. Vous imaginez une roue de vélo tomber là dedans.

A un carrefour, à l’ombre d’un arbre, il y avait un trou que je n’ai pas vu et je suis tombée dedans, le vélo est parti en zigzag et j’ai failli tomber. Heureusement que Petit Prince a le sabot sûr et que sa souplesse est légendaire (grâce à une excellente suspension avant et arrière qui sur ces routes là sont un élément important de la sécurité). Je suis sidérée de ne jamais avoir voilé une roue quant on voit l’état des routes canadiennes.

J’ai pris cette photo car de loin, j’ai vraiment cru que 2 techniciens travaillaient sur une voiture. Et cela m’a fait rire en m’approchant de la voiture, de voir son état et les 2 mannequins de paille.

Et toujours ces belles couleurs

Et les étalages de courges continuent

Les vignes sont protégés des oiseaux par des filets

Mais il se fait tard et je dois trouver un point de chute. Je veux vraiment ce soir être dans une famille canadienne. Mais toujours la même question, comment choisir. Je roule et je n’arrive pas à me décider.

Soudain je vois une jolie ferme et le fermier âgé qui est dehors. Et je me dis que là je serais bien. Je m’arrête et lui demande de m’héberger. Cela le fait sourire et il me dit qu’il va demander à sa femme. Celle ci est complétement interloquée par ma demande. A chaque fois, on me dit que c’est la première fois que cela arrive, ce que je crois volontiers ! Et je suis accueillie très gentiment. Une belle soirée en perspective.

Dans la ferme, il y a des magnifiques chevaux de labours, 4, qui travaillent dans les champs et qui travaillent aussi en attelage. 2 chevaux de selle sont aussi présents pour leur fille. Moi qui aime beaucoup les chevaux, je me régale d’avoir trouvé une ferme comme cela.

3 réflexions sur « Etape 102, de Middleton à Falmouth, 85 km »

  1. Bonjour Corinne,
    Les couleurs de l’automne sont effectivement magnifiques, et les citrouilles, c’est très beau et très gai. L’idée de naviguer dans une coque de citrouille c’est sympa. Moi non plus je n’aurais pas imaginé que ce soit aussi gros, et assez costaud pour supporter un homme. Ils ont quand même des idées originales ces acadiens! et je pense qu’ils aiment bien s’amuser.
    Nous n’avons pas vu la jolie ferme de tes nouveaux hôtes, peut-être pourras-tu nous la montrer à ta prochaine étape ,au moment du petit-déjeuner?
    Je t’embrasse très fort

  2. Bonsoir Corinne,
    Je viens de rattraper mon retard, tu m’avais semé à avancer aussi vite, or je ne voulais pas te faire l’injure de te lire en diagonale.
    J’ai dû pédaler fort, mais je viens de te rattraper, j’ai eu chaud, j’allais rater l’Arrivée.
    Évidemment un immense bravo pour cet incroyable voyage et un merci infini pour ce feuilleton de l’été avec lequel tu nous as si bien fait voyager et rêver.
    Ton courage, ton organisation, ta détermination et ta capacité à lier amitié avec les personnes que tu as croisées sur ta route forcent l’admiration.
    Toutes mes félicitations, bonne fin de voyage et bon retour chez nous quand le moment sera venu.

  3. Corinnette,
    C’est la première fois que je réalise d’après la photo qu’à cause du mat ton vélo est plus haut que long. Avec la masse de drapeaux(s?) qui y sont accrochés ça doit faire une sacrée résistance à l’air!
    Côtoyer des chevaux à du te faire plaisir. Oui, chers admirateurs de ma sœur sur ce site, avant de caracoler sur un 2 roues Corinne fut une cavalière intrépide.
    Salut et fraternité,
    Jean-Clown

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *