Etape 89, de Saint-Godefroi à Maria (Auberge du Marchand), 82 km

Dimanche 18 septembre 2016, Température de 17° à 21°C, temps pluvieux au démarrage puis mi journée gros nuages lourds et ensoleillé à 16h

Après une nuit très pluvieuse, j’ai la chance d’avoir à côté de moi, un bâtiment avec une grande pièce appelé salon des campeurs. Le soir, j’y avais garé Petit Prince (sol en carrelage) qui a donc passé la nuit bien au sec. Le matin, je transporte toutes mes affaires de l’abside à ce salon. Tout d’abord, je suis contente, ma rustine a tenu et rien n’est mouillé; la tente ne fuit pas. Je peux donc me préparer tranquillement dans ce salon. Lorsque tout est prêt, je sors Petit Prince et je le harnache. Par contre la tente est rangée complétement trempée et je ne suis pas sure de pouvoir la faire sécher dans la journée.

Je pars sous la pluie et je capitule au bout de 2h et je m’arrête 2h dans un Tim Hurtons, le temps que la  pluie se calme un peu. A 13h, je repars sous des gros nuages mais sans pluie. Le ciel est sombre mais les paysages sont beaux. Et à partir de 16h, le vent chasse les nuages et il commence à faire beau.


Ville de Bonaventure.

Sur la droite, se trouve un musée des Acadiens. Immédiatement, je m’arrête car leur histoire m’intéresse beaucoup. A mon grand regret, j’arrive en plein vernissage, il y a un monde fou avec un verre à la main et je fais demi-tour, je suis déçue. Il faudra que je trouve un très bon livre pour connaitre leur histoire.


Je continue jusqu’à Maria où là je prends une chambre dans une auberge car n’ayant pu faire sécher la tente, camper sera difficile. D’autant plus que la pluie est à nouveau annoncée pour la nuit.

Je suis embêtée car il n’y a pas d’endroit pour ranger Petit Prince. Au comptoir, un homme discute avec le réceptioniste et me propose de m’aider. Il a juste en face un restaurant qui est fermé car en vente, il me propose de ranger Petit Prince dedans, ce que, bien sûr, j’accepte. Il étendra même avec moi la tente complétement dégoulinante sur des chaises. Ouf car ce n’est jamais bien de ne pas faire sécher son matériel.

L’auberge a un restaurant où je dîne. Et pour la première fois, je prends une « Poutine », plat canadien (ou Québécois ?) que je n’avais pas encore goûté . Je vais être honnête, c’est tellement lourd et gras que je n’en reprendrais pas (frites, fromage en grains, cheddar recouvert d’une sauce blanche).

Au petit déjeuner Jean Charles qui m’a permis de stocker Petit Prince m’offrira le petit-déjeuner. Il est malade mais il tient à aider et faire plaisir. Merci Jean Charles

Pendant la nuit, il pleuvra fort car cela me réveillera, mais je dormirais bien, enfin une bonne nuit. Au réveil, il pleut beaucoup. Je me rends bien compte que la qualité du voyage change. Est ce que je peux faire face à la pluie et que le voyage reste un voyage plaisir ? Il n’y a pas beaucoup de vent, ce qui est déjà cela. Par contre, cela ne m’intéresse pas de me retrouver tous les soirs dans un motel ou une auberge. Aussi je vais partir, je suis à 58 km du New Brunswick. J’espère être hébergée le soir par des Acadiens. Beaucoup de jours de pluie sont annoncées par la météo, sans hébergement par les habitants, le voyage perdra tout intéret. J’ai l’impression de partir vers l’inconnu.

9 réflexions sur « Etape 89, de Saint-Godefroi à Maria (Auberge du Marchand), 82 km »

  1. Sœurette,
    Ça m’ennuie beaucoup que ton voyage tourne à l’épreuve. Je te fais confiance pour « négocier une sortie de crise » comme disent les politiques. Ne pourrais-tu laisser PP en de bonnes mains et revenir finir le périple à la bonne saison? Ce serait faire preuve d’empirisme, attitude réprouvée dans notre beau pays féru de grands principes psycho-rigides mais éprouvée et vérifiée en Amérique du Nord. Et si on apprenait ça d’eux (en plus de l’HOSPITALITÉ)?
    Fais au mieux.
    Je t’embrasse,
    Ton frère (qui prêche le mieux et fait le pire ….)

  2. Hello Corinne. Cela devient effectivement difficile. Peut être serait-il sage d’écouter ton grand frère et de revenir chercher PP, pourquoi pas en bonne compagnie. Il faut que ton périple reste un plaisir et non un cauchemar. Courage, ma grande

  3. Bonjour ma belle Corrine! Le Nouveau-Brunswick s’en vient; j’espère que l’accueil sera encore à la hauteur! Ne te décourage pas malgré la pluie! Tu vois que les gens sont toujours prêts à t’aider, et je ne crois pas que ca va changer,malgré la frontière 😉

    Bon courage! On lache pas! go go go t’es capable!!!
    xoxoxoxoxoxoxoxoxo

  4. Salut Corinne,
    Je te lis à mon retour du travail, 21h00, je te confirme ce que te dis Aude: l’automne commence à s’installer gentiment chez nous aussi, et la nuit tombe maintenant assez tôt, je dois mettre mon éclairage sur le vélo pour rentrer du travail, et il ne fait plus très chaud. Rien à voir avec ce que tu vis avec Petit Prince, mais je conçois que tu commences à souffrir vraiment sous le vent, la pluie, et la nuit qui arrive vite.
    Pour tes hébergements, tu ne nous parles plus des warmshowers?…En tous cas, je pense que tu peux encore faire de belles rencontres, et je ne suis pas très inquiète quant aux possibilités de te faire accueillir et héberger, de la même manière que tu l’as vécu depuis le début de ton parcours.
    Je vois bien sur la carte que tu arrives au bout du bout, et je me demande où tu en es par rapport aux prévisions de ton Road Book, et si tu commences à envisager peut-être de devancer ton billet de retour, car fin octobre semble encore loin, et tu as je penses, avancé plus vite que prévu.
    En tous cas, quels que soient tes projets, nous continuons tous à te soutenir à fond, même si maintenant on s’habitue à lire que tu fais 80 ou 100 kms contre le vent, la pluie et tous les éléments qui s’acharnent contre toi, comme si c’était tout à fait normal.
    Nous soutenons aussi Achariya qui rêve de plus en plus à son cartable et ses cahiers, c’est incroyable de voir la générosité spontanée des Canadiens, décidément ce peuple a de vraies qualités dont nous pourrions nous inspirer, merci à eux.
    Je t’embrasse très fort Corinne, essaies de te fier à ton instinct pour la suite de ton aventure, et aux conseils de ton frère qui sait faire le clown, mais aussi se poser en grand frère protecteur. Bises et courage à vous deux!

    1. Merci de ta fidélité qui m’est si précieuse. Les Warmshowers se trouvent plus souvent dans les villes que dans les campagnes. Ce sont des villages que je traverse aussi la probabilité de trouver un Warmshower est extemement faible. Par contre j’ai déjà fait des démarches pour Halifax pour m’aider pour mon retour.
      Pour le moment, je continue car j’arrive à faire face aux éléments et le moral est bon. Si je n’y arriverais plus, je rentre car je ne veux pas finir sur un voyage galère. Mais j’aimerais tellement voir l’été indien !…

  5. Bonjour Corinne ! Il semble qu’au Québec on nous annonce de la chaleur et du soleil à partir de mercredi. Je t’en souhaite autant pour le Nouveau Brunswick ! Une nouvelle province pour toi ! Bravo ! As tu vu des arbres oranges ? Bonne continuation, bon courage !

  6. Bonjour Corinne j’espère que tu vas ,je souhaite une très belle journée bonne route avec petit prince ,j’ai hâte d’avoir des nouvelles de toi ????⭕️❌à bientôt ,,,,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *