Etape 88, de Percé à Saint-Godefroi (camping municipal), 96 km

Samedi 17 septembre 2016, soleil et nuages, température de 17° à 21°C

L’emplacement du camping était formidable, au bord de la mer et j’etais vraiment très près de l’eau. Par contre, je me méfie du vent aussi j’ai accolé ma tente au bâtiment d’accueil. Mais apparemment, cela n’aura pas servi à grand chose car le vent soufflera fort et les grandes rafales secouent la tente. Aussi le sommeil sera haché et au rythme du vent. Par contre au réveil, prendre le petit déjeuner dans un cadre pareil est agréable. Mais le vent soufflant encore, je me dis que la journée à vélo va être difficile physiquement.


Voici les alentours du camping, photos prises au cours d’une petite ballade autour du site.

Je trouve que ces maisons de toutes les couleurs sont très sympa.


Au fond, vous voyez la pente à 17% qu’il vaut mieux clairement descendre que monter !…

La Roche de  Perçé


Puis nous reprenons la route. Le vent est fort et de face. La hampe qui tient la Manche d’air pour que nous soyons vu, est quasiment à l’horizontale car je la vois dans mon rétroviseur. Je ne comprends pas comment elle ne casse pas. La conséquence habituelle du vent est que nous n’avançons pas. Le matin, nous ferons 35 km en 3h30. Et comme d’habitude, c’est totalement décourageant.


Agacée de ne pas avancer, je décide de faire une pause casse croûte dans un restaurant qui a l’air sympa. Je m’installe après avoir salué mes voisines de table (3 soeurs) qui m’ont vu arriver en vélo. Je leur explique ce que je fais puis je déjeune. Tout d’un coup un cycliste s’approche de ma table en me demandant s’il peut s’assoir. Bien evidemment j’accepte. Il m’interroge sur mon vélo couché car il souhaite en acheter un et pourquoi pas le mien d’occasion. J’avoue que je n’avais pas pensé à cela. Cela serait amusant, si Petit Prince en est d’accord, que lui devienne canadien. Enfin, on verra bien.

Au moment du café, je vais le prendre avec mes voisines de tables, très accueillantes. On discute et cela rompt un peu ma solitude de cycliste dans le vent. Au moment de payer, Linda prendra la note et m’offrira le restaurant. Là encore que de gentillesse et toujours cette merveilleuse accolade chaleureuse.

Puis nous reprenons la route. Petit Prinve est très heureux qu’on l’est admiré et qu’il soit l’objet de convoitise…


Le vent est partiellement tombé donc nous pourrons aller un peu plus vite

Les falaises deviennent rouges.


Nous atterrissons juste avant la nuit (qu’est ce qu’elle tombe tôt, ce n’est pas croyable) dans le camping municipal de Saint Godefroi. Je suis bien contente de trouver un camping encore ouvert. J’ai du mal à gerer cela et il faut que je fasse attention de ne pas me refaire piéger par la nuit.

Je demande à des voisins de Mobile Home, s’il y a un petit restaurant dans le coin pour un sandwich. Ils m’indiquent une cantine à 500 m de là et je pourrais manger des ailes de poulet et un peu de frites. C’est de dernier soir où ils sont ouverts, ils ne rouvriront qu’en avril. Cela m’impressionne car tout ferme. J’éspère que cela ne va pas transformer le voyage en galère. Les personnes du restaurant voient soudain mon vélo qu’ils n’avaient pas remarqué avec la nuit. Ils m’interrogent sur mon voyage et sur l’association. Deux serveuses me donneront chacune 10 dollars. Merci à elle. Achariya, notre petite cambodgienne de coeur, peut vraiment commencer sérieusement à rêver de l’école et les Québécois auront bien contribué à sa scolarité. Et pour finir cette étape, le patron de la cantine m’offrira mon dîner. Deux repas offerts dans une même journée, je n’en reviens pas.

Je reviens au camping et après une bonne douche, je me couche. Et toute la nuit il pleuvra et par moment très fort, ce qui me réveillera systématiquement car la tente sert alors de caisse de résonance. Pourvu que cela ne soit pas comme cela sur la route. J’ai vraiment l’impression que le temps se dégrade beaucoup. J’espère que cela ne remettra pas en cause la fin du voyage

9 réflexions sur « Etape 88, de Percé à Saint-Godefroi (camping municipal), 96 km »

  1. Bonjour Corinne
    toujours en route vers l’inconnu! Heureusement qu’il y a de si belles journées et à Québec aujourd’hui (dimanche) c’est une température de juillet. J’espère qu’il en sera de même sur le bord de l’Atlantique. Oui, la noirceur arrive tôt ici. Ce qui me frappe en France c’est qu’il fasse clair si tard le soir… inimaginable ici sauf en juin et juillet.
    Par contre, ici, le jour se lève tôt comparé à chez-vous non? c’est ce qui me frappait en France: comme il faisait noir le matin pour des lève-tôt comme nous.
    Je te souhaite une merveilleuse journée ensoleillée sans trop de vent sauf évidemment la brise maritime: on y échappe pas!

  2. Ça avance quand même bien votre tour de la Gaspésie. Vous allez quitter le Québec bientôt pour aller rencontrer les acadiens, au Nouveau Brunswick : une autre culture, de nouveaux paysages. L’automne commence effectivement à s’installer tranquillement. Les nuits sont plus froides et les jours plus courts. Il faudra ajuster vos étapes avec la nouvelle saison.
    Bonne route

  3. Bonjour je suis très heureuse de vous avoir croisé sur mon chemin vous êtes une personne au grand coeur nous avons parlée de vous à notre famille je vous fait un gros câlin de Renée ..??Bonne route Corinne ..

    1. Bonjour,
      Quelle joie de voir que vous êtes venue voir mon site. Notre rencontre au restaurant fait partie des petits îlots de bonheur que j’ai croisé tout au long de ma route. Merci pour votre chaleur humaine et votre générosité à mon égard. Les 3 soeurs, vous formez un sacré trio de charme. Continuez à me suivre et à commenter, cela me fait tellement plaisir. Corinne

  4. Courage pour le temps maman!! Nous aussi l’été est fini et il fait moche. Tu ne peux pas mettre des boulles quies pour éviter d’être réveillé la nuit par la pluie?

    Je t’embrasse fort!!

  5. Fillette,
    L’architecture des maisons rappelle singulièrement celle des pays scandinaves dont le climat automnal – hélas – semble similaire à celui que tu commences à vivre.
    Bon courage dans le vent debout,
    Le frérot … bien au chaud

  6. Corinne comment vas tu j’espère que tu vas bien et le petit prince aussi ,j’espère que là température te fatigue pas trop je te souhaite une très belle journée à bientôt d’avoir te tes nouvelles je suis très contents de ta voir connue ???❌⭕️Tu es une femme formidable ??je suis contents d’être ton amie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *