Etape 80, de l’Islet à Saint-André-de-Kamouraska (camping de la Batture), 84 km

Lundi 5 septembre, température de 22° à 34°C, temps ensoleillé.

Après une bonne nuit et un café offert par mes voisins au réveil, je m’apprête à partir. Un couple vient m’intérroger sur ce que je fais et comme d’habitude, je réponds gentiment en expliquant. En partant ils me donnent 20$. Merci à Danielle et Mario.

Je reprends la route qui longe le Saint-Laurent et c’est toujours aussi beau


 

Je m’arrête pour prendre un sandwich et j’ai photographié pour vous les motos que je vois actuellement tout le temps sur la route. C’est des motos à 3 roues dont 2 devant (de temps en temps, il y a un modèle à 2 roues derrières mais c’est beaucoup plus rare.) Il parait que c’est un brevet canadien. J’ai interrogé le couple propriétaire de l’engin en leur demandant qu’elle était l’intérêt  de 3 roues. Pour eux, le principal intéret est la stabilité à cause du poids. Ils ont un certain âge   mais on voit beaucoup de jeunes avec cette moto, c’est vraiment très repandu ici et je ne vois presque plus de Harley Davidson.

Le sandwich étant pris, je reprends la route. Et c’est toujours aussi beau

 

La route passe au bord de l’eau  à Kamouraska, village superbe avec des grosses maisons.

 


Un objet de décoration en forme de petit phare


On suit la route de bord de mer et on trouve de belles souches

 

 


Un jardin magnifique avec des fleurs et une partie potager.


J’ai beaucoup flâné et j’en ai bien profité. J’ai décidé de m’arrêter plus tôt pour essayer de poster les News le soir au lieu du matin. Je m’arrête au camping de la Batture qui est en bordure du Saint-Laurent. Ils ont le Wifi mais finalement, celui-ci ne marche qu’on niveau du bureau… qui ferme à 18h. Donc c’est raté pour la News envoyé le soir.

Les emplacements sont en pleine forêt et sont jolis mais les moustiques sont un fléau. C’est la pire attaque depuis que je suis au Canada. C’est des nuées de moustiques et très voraces. Ils arrivent à me piquer à travers ma tenue anti-moustique dès qu’une partie de la tenue est collée au corps. Pourtant j’ai pris du XXL pour cela mais quand on s’active, quelque fois, cela se tend et ils sont tellement à l’affût  que la piqure est immediate. Cela gâche tout.

Je me couche vite car rester dehors est impossible.A 1h du matin, je suis réveillée par un raffut sous l’abside. J’ouvre et je me trouve nez à nez avec un putois (bonjour l’odeur, il sent vraiment mauvais). Il fouille pour trouver de la nourriture. Je le chasse et il fait le tour de l’abside et revient immediatement de l’autre coté. Comme il est assez gros, il léve le bord de la tente avec son museau. Je lui mets la lampe dans les yeux et à ma grande stupéfaction, cela ne le gêne pas du tout. Il ne pars que qu’en j’élève la voix. Malheureusement pour moi, il va faire cela 6 fois dans la nuit et donc ma nuit est foutue.

Voilà à quoi ressemble un putois. C’est joli à voir mais l’odeur est impressionnante


J’aurais dormi 3h. Le matin, en me levant, je m’apercevrais qu’il a réussi à faire un trou dans la sacoche de nourriture qui du coup n’est plus étanche. On verra à la prochaine pluie, ce que cela donnera, mais ce n’est pas l’idéal.

Au matin, les moustiques sont à nouveau là. Et l’enfer recommence. Pendant que je plie la tente, un nouveau petit rongeur s’attaque à la sacoche de nourriture.

Tout d’abord, il m’observe du haut de l’arbre


Puis, il s’enhardit


Il cherche la sacoche de nourriture


Il se trompe de sacoche

Avec ses pattes de devant, il essaie de déchirer les emballages

Comme finalement, je le chasse, il va récupérer dans ma poubelle un emballage de chocolat qui avait fondu et il se délecte.


Au final, entre les moustiques et les animaux, une bien mauvaise halte.

19 réflexions sur « Etape 80, de l’Islet à Saint-André-de-Kamouraska (camping de la Batture), 84 km »

  1. Encore un bel article, Corinne! pour les moustiques, tu pourrais utiliser, si tu peux en trouver, de l’huile essentielle d’Eucalyptus citronné qui repousse ces insectes. Cela marche très bien et l odeur est agréable . Je ne suis quasiment plus piquée. Bises à toi

  2. Salut, Corrine! Je ne connais pas le mot putois pour cet animal. Ici, on l’appelle une moufette. Vous êtes chanceuse qu’elle ne vous a pas jaillée! C’est si difficile d’éliminer l’odeur.

    J’espère que vous passez encore de beaux jours cette semaine estivale!

    Miya

  3. Oui! Vous avez eu de la chance avec la moufette, imaginez si elle vous avait arrosée! Mais dans un camping comme ca, les animaux sont pas mal habitués aux gens…un peu trop!
    J’espère que la prochaine nuit sera plus reposante, et la température toujours clémente pour vous permettre d’avance en masse! bisous!!!!

  4. Il t’en arrive des trucs et en plus tu agrémentes ton vocabulaire. Jailler…moi je l’adopte en tout cas.
    Plaisir de voir que ton enthousiasme ne fléchit pas, que ton sourire est toujours present que tes muscles fonctionnent et que tu prends ton pied avec toutes ces belles rencontres qui nous donnent à tous une leçon de vie.
    Je t embrasse.

  5. Merci encore pour tes magnifiques photos et récits.
    Bravo pour ton enthousiasme et ton moral qui ne fléchissement pas. Quel courage mais c’est vrai que tu fais de tellement belles rencontres.
    Bisous

  6. Bonsoir Corinne,
    Nous te suivons toujours avec autant d’intérêt, mais j’avais pris un peu de retard en cette semaine de grande rentrée.
    Merci pour tes récits auxquels tu donnes toujours une couleur particulière, à tous tes talents déjà mentionnés, s’ajoute incontestablement celui de conteuse.
    Enfin, tu nous parles des moustiques, car c’est le souvenir aigu que j’ai du Quebec et de l’Ontario. Des moustiques grands comme la main… et qui, par dizaines, te recouvrent immédiatement tout morceau de peau offert au sacrifice, si bien que dans les campings, il était impossible de rester dehors, sauf à aller se planter en plein soleil éloigné de tout sous-bois.
    Nous nous habituons à ta performance quotidienne, en oubliant que 100 km la journée représentent un véritable exploit quand on se rappelle la charge que tu promènes sur le vélo. Il me faudrait dormir pendant 2 jours pour me remettre d’une seule journée !
    J’ai cru un moment que tu nous révélais le secret de ta performance, la grosse moto qui tire le vélo !
    Bien sûr que non, preuve en est tout ce chemin parcouru qui commence à porter ses fruits, ces dons qui arrivent naturellement par le simple constat de ta performance. Je pense réellement que ce n’est que le début et qu’il y aura un après-voyage qui mettra tout ce chemin parcouru en valeur au profit de la cause pour laquelle tu pédales.
    Pour la moto, j’ai vu la même en Août en Dordogne. Je dois dire que je suis resté songeur devant l’engin. C’est presque aussi large qu’une voiture et on prend l’eau quand même quand il pleut. Je n’ai pas compris l’intérêt fondamental qu’il y avait à opter pour un tel engin en site urbain.
    Bonne continuation et belles rencontres.

  7. Superbe les paysages que tu as vu à cette étape! Trop mignon les petits rongeurs qui ont voulu te voler ta nourriture. Tu as eu de la chance que la moufette ne te jaille pas dessus comme disent les canadiens ;)!

    Bisous d’amour

    PS: quand est-ce que tu mets une photo de toi avec le t-shirt qu’on t’a offert? 🙂

  8. Sisteure,
    Y parait qu’y a un putois Gaspésien qui se plaint auprès des autres putois en disant « J’ai croisé une Française, qu’est-ce qu’elle sentait mauvais! »
    Je t’embrasse,
    Ton-frère

  9. Belle région que tu traverses là et plutôt plat comme terrain. Très dommage pour cette mauvaise nuit et pour les moustiques! Sinon ça aurait été presque parfait.

  10. Bonjour Corinne,

    Pourquoi ne pas hisser vos sacoches de nourriture à 5 m de hauteur au-dessus du sol, à partir d’une branche d’arbre par exemple, de telle sorte que celles-ci ne soient pas accessibles par les rongeurs.

    Très belles photos. Le goût de partir en randonnée cycliste s’intensifie à chacune de vos étapes.

    Un tour ce sera notre tour…

    Bonne randonnée cycliste.

    Liliana et Louis

  11. Bonsoir Corinne, merci pour toutes ces nouvelles. Moi en tous cas, j’aime beaucoup tes petits visiteurs, et les photos que tu as réussi à faire pour nous les présenter; tant mieux quand même s’ils ne t’ont pas pris ta nourriture, et n’ont pas fait de dégats dans tes affaires. Ce qui est moins drole, c’est que tu n’aies pas pu faire une nuit correct à cause de ce satané putois, et ça je sais combien ça peut gâcher la journée suivante, surtout avec les efforts physiques que tu dois fournir.
    Les photos que tu as faite sont de toute beauté, avec des couleurs et une luminosité incroyable; j’aime beaucoup la maison bleue; les fleurs , tout est joli. Merci de nous faire participer ainsi à tout ce que tu rencontres sur ton passage.
    Je t’embrasse fort

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *