Etape 74, de Montréal à Sainte Placide (camping Le Marquis) 75 km

Lundi 29août, temps ensoleillé et nuageux (j’ai oublié de regarder la température…)

Ayant fini de magasiner et ayant tout trouvé sauf le pneu avant de Petit Prince, je quitte Montréal.

Avant je prends le petit déjeuner avec Liliana qui est resté pour moi. Encore une fois, merci pour l’accueil. Louis m’a fait un plan pour que je ne me perde pas pour quitter Montréal. Avant nous avons rendez-vous à la maison du cycle pour prendre les cartes des pistes vertes et le book des pistes vertes du Québec. Quand j’arrive, Louis a déjà expliqué ce que je veux faire et tout est prêt. Il me fait un dernier cadeau : le livre des pistes vertes du Québec. Merci beaucoup Louis pour m’avoir gâtée. Puis je sors de Montréal. Ce n’est vraiment pas simple de rouler dans des grandes villes que l’on ne connait pas. Et qu’est ce que le sol est défoncé. A ce niveau là, c’est clair que c’est des années sans entretien. Les trous sont parfois gros et en vélo, on n’a pas intérêt à tomber dedans (et en plus quand le vélo est chargé, c’est encore plus « casse-gueule »). Je finis par sortir de Montréal, mais en banlieue, pour les routes cela n’est pas mieux. Et je ne parle pas du fléchage des pistes vertes. De temps en temps, nous n’avons plus aucune information et ce n’est pas évident de trouver.

La piste suit Le fleuve Saint Laurent. En sortant de Montréal, on voit l’aspect industriel, le port et la nature. On voit que certains coins ont été réhabilités avec des parcs, rendant les rives aux habitants.

Photos prises d’un parc


Avec le long arrêt si utile à la Maison du Cycle (bravo pour cette organisation car c’est vraiment une bénédiction pour un cyclo touriste), je ne suis partie qu’à midi donc je ne pourrais pas faire trop de km.

Sur le livre des pistes vertes, les arrêts possibles pour les vélos sont indiqués (motel, camping). mais cela m’ennuie car ceux indiqués sont soit trop près, soit trop  loin. Je choisis de continuer en me disant que je trouverais bien sur la route une solution.


Et c’est exactement le cas. Je tombe sur le camping « Le Marquis » qui est un camping saisonnier situé au bord de l’eau. (Louis, signale à la maison du vélo qu’il n’est pas indiqué et qu’il faut le marquer). C’est dommage sur un livre aussi bien fait qu’il y ait des oublis. Pour le Canada, il faudrait une application qui indique, par Province, tous les campings et qui soit remis à jour chaque année. Je suis sûre qu’économiquement cela serait rentable car il y a vraiment un manque à ce niveau. Les guides indiquant les campings, indiquent les campings qui payent pour figurer dans les guides et tous les autres ne sont pas marqués. C’est fou, le nombre de campings que j’ai découvert par hasard et qui n’étaient pas signalés.

Lorsque j’arrive au camping, je peux avoir une place au bord de l’eau (la contre-partie est une tente trempée le matin qu’après il faut sécher). Le coucher de soleil a une teinte violet, c’est superbe.


Et le matin quand le soleil daigne sortir des nuages, l’éclairage est complétement différent. C’est fou les effets de la lumière sur un même paysage.


Le ciel est gris et de la pluie est annoncée. Si c’est le cas, je vais vite savoir si ma tenue pluie est satisfaisante ou non mais je ne suis vraiment pas pressée de la tester !…

9 réflexions sur « Etape 74, de Montréal à Sainte Placide (camping Le Marquis) 75 km »

  1. Toujours un grand bravo à toi Corinne. Comme tous ceux qui te suivent, j ai grand plaisir à te lire et à admirer les belles photos que tu publies. Prends soin de toi. Bisous

  2. tu m as fait peur quand tu as pris la 341 sur le mauvais sens j ai bien faillis aller te rejoindre. 5 minutes plus tard j ai vue que as mis le cap vers st sulpice, content que tu es trouvé le camping.j ai vue que tu as changé de coté de rive ,pour la beauté de la route la 138 est plus jolie ,je souhaite que la 132 soit bonne pour toi.bonne continuation.un jour je serais peut etre a ta place.

    1. Tu sais la route est très trompeuse. La femme qui m’avait expliquée le chemin à la sortie du pont de l’île de Montréal habitait Sainte Placide et m’avait bien expliqué qu’il fallait tourner à droite à la jonction. Mais c’était indiqué « sud » et 3 km plus loin « Montréal 15 km », donc j’ai fait demi-tour mais cela me tracassait car c’était en contradiction avec l’information reçue. J’ai fini par demander ma route et j’ai refait demi-tour pour aller dans la bonne direction. S’il y avait eu indiqué « Sainte Placide », je ne me serais pas trompée. bravo de l’avoir vu ! Corinne

  3. Salut Sister,
    Avec tous ces messages d’admiration (justifiée) je deviens « le frère de Corinne »! Mon EGO en prend un vieux coup. Ça ne peut pas durer, il faut que je fasse un exploit qui éclipse le tien. Le problème est que j’ai 10ans de plus que toi. Je ne dirai pas combien ça fait car – du coup – on saurait le tien. La traversée de l’Amerique du Nord verticalement par exemple. Mais comment? Trottinette? Patins à roues alignées, comme on dit au Québec? Fauteuil roulant? À dos de chameau? Sur un âne, mais assis à l’envers?
    Aidez moi à lui faire de l’ombre, admirateurs inconditionnels de ma sœur.
    Merci d’avance.
    Corinne, je t’embrasse MALGRÉ TOUT.
    Ton frère, ni mesquin, ni jaloux.

    1. Mon frère, toujours aussi « déconnant » mais je t’aime comme cela. Eux ne savent pas mais moi je sais quel grand frère fabuleux tu es pour moi. Bisous
      Corinne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *