Etape 64, de Batman Campground (Sheguiandah) à Lion’s HEAD Campground (près de Ferndale), 85 km

Mardi 16 août, température 20°C à 33. Temps très pluvieux le matin et ensoleillé l’après midi

J’ai oublié de vous dire que j’ai créé en haut du site, sur la barre des onglets, un nouvel onglet qui s’appelle « où suis-je ». il vous suffit donc de cliquer sur le lien que j’ai mis  à l’intérieur pour pouvoir me localiser de façon précise.

Je pars tôt le matin, vers 8h pour être sûre d’avoir  le traversier de 13h30 et puis je suis ravie de fuir ce camping usine où j’étais si mal installée. La route est sympa et je roule bien. 10 kù après le départ, je suis rattrapée par une pluie battante. Et de nouveau, le haut de mes vêtements prend l’eau. Cela rentre par le cou. C’est vraiment désagréable. Il faut absolument que je trouve une solution.

Et au 36 km, Petit Prince devient sur 10m incontrôlable. Je sais maintenant ce que cela veut dire : crevaison, la 5ème, je n’ai quand même pas de chance à ce niveau là. Cette fois, c’est la roue avant (pour changer). Je vois immédiatemment ce que c’est, car il y a un morceau de silex planté dans la roue et le caillou dépasse du pneu. Comme il tombe des trombes d’eau, je ne vais pas sortir tout mon matériel pour réparer, donc je déshabille Petit Prince, pose toutes les sacoches par terre (il y a de l’eau partout et Hop, de nouveau du stop mais avec le signe de détresse, croisement des bras). Pendant 10 mn, pas une voiture ne passe (je voulais des petites routes et bien je suis servie) puis un pick up arrive. C’est un 4X4 de la voirie. Il s’arrête et nous prends en charge. De nouveau, Petit Prince se trouve dans un pick up. Nous sommes déposés au port où nous devons embarquer (Southampton baymouth) devant un garage. Merci de m’avoir dépannée sous une pluie battante.


La garagiste me donne un coup de main. A ma grande surprise, si le pneu est déchiré sur le dessus, l’intérieur n’est pas déchiré. Mais je suppose que c’est la pression du caillou avec le poids du vélo qui a fait éclater la chambre à air car après une inspection très minutieuse, je n’ai rien trouvé permettant d’expliquer la crevaison de la chambre à air. J’en avais une neuve d’avance donc je l’ai installée. Par contre, dilemne pour le pneu. J’en ai un d’avance mais très léger, juste pour dépanner. J’en discute avec le garagiste qui me conseille de garder celui que j’ai jusqu’à ce que je trouve une boutique de vélo pour en acheter un neuf. Donc, il va falloir que je sois très vigilante et j’éspère avoir un peu de chance jusqu’au changement de pneu.

La réparation étant faite, j’ai le temps d’aller prendre le bac à l’horaire prévu. Je trouve dur qu’il me fasse attendre une demi-heure sous une pluie battante pour embarquer car les vélos embarquent en premier. Heureusement que j’ai le pancho que m’a donné la femme d’Abder car grâce à cela je n’ai pas attrapé froid. Et voilà de nouveau Petit Prince attaché au bateau pour éviter de tomber avec le roulis.

Comme des motards m’ont demandé de les prendre en photo, je leur ai demandé la même chose (Stéphane, je fais un effort !…).

Puis j’ai profité de la traversée pour aller déjeuner. Mais j’ai vraiment du mal à essayer de manger une nourriture équilibrée (entre les poissons panés, le poulet pané, les frites, le hamburger…). Enfin je fais ce que je peux.

A mi parcours, le beau temps revient donc pour repartir, je devrais avoir du soleil. Voilà ce qu’on voit du bateau. J’ai bien fait d’attacher le vélo car cela tangue un peu.


A l’arrivée, il n’y a qu’une route donc je ne risque pas de me tromper. La roue avant semble tenir le coup (je touche du bois). J’avance bien mais vers 19h, il me faut trouver un endroit pour dormir. Je m’arrête dans un petit restaurant où je demande conseil. Ils me disent d’aller au camping situé dans la Marina de Lion’s Head à 4km de là, en se déviant de la route principale. Et c’est ce que je fais. Le camping est très sympa, au bord de l’eau. Il a des douches propres, du courant et du Wifi de qualité. Du coup je décide d’y prendre aussi une journée de repos car cela fait 15 jours que je n’en ai pas pris. Cela va aussi me permettre de faire le point sur ma route.



Le lendemain matin, grand soleil et j’en profite pour faire la grasse matinée (07h au lieu de 06h…) puis je me promène un peu sur le port et je vais réserver le site pour une nouvelle nuit. J’ai bien fait de le faire tôt car le camping est plein, il faut dire qu’il est bien situé et idéal pour une famille avec des enfants.

Je m’installe sur une table au bord de l’eau et j’ai de la compagnie juste devant moi.


Malheureusement le temps se gâte et il se met à pleuvoir. Je me réfugie dans un restaurant très bien situé à 200 m du camping et où je mange. La pluie est un véritable déluge. Heureusement que je ne suis pas sur le vélo car cela serait dangereux. La pluie est tellement énorme que le sol n’absorbe plus et que les bas côtés des routes sont complètement inondés ce qui les rendraient impraticables pour des vélos.

J’ai fini par me réfugier sous le préau du camping pour finir le post et voici la vue que j’ai et qui est pas mal quand même. J’espère que demain, je n’aurais pas ce temps car sinon cela va être dur d’avancer.

8 réflexions sur « Etape 64, de Batman Campground (Sheguiandah) à Lion’s HEAD Campground (près de Ferndale), 85 km »

  1. Ah j’attendais cette étape avec impatience, et je ne suis pas déçue, vraiment: tu nous racontes plein de choses, et de belles photos à l’appui, merci beaucoup.
    Bravo pour la réparation de cette cinquième crevaison, c’est vraiment pas de chance, mais si tu calcules ton kilométrage, finalement la proportion est quand même plutôt raisonnable (une crevaison tous les 1000km)
    Merci merci pour la photo sur le traversier, tu ne peux pas savoir comme ça nous fait du bien de te voir, notre championne, avec Petit Prince. Merci au motard qui a pris cette précieuse photo.
    Bonne décision de faire une pause, surtout si le coin est sympa, car tu ne te ménages pas, quand même!
    J’aime beaucoup la photo que tu as faite depuis le préau, avec cette vue sur les bateaux, c’est très joli, et ça nous permet de voir le déluge que tu as encore subi, c’est incroyable cette météo. Repose-toi bien, et j’espère que ce temps pourri sera terminé pour que tu reprennes la route avec plaisir.
    Continue bien Corinne, de tout cœur avec toi.

  2. Bonsoir ! Tu es dans une belle région et tu n’auras pas de problèmes avec la circulation pour quelques jours 🙂 La Baie Georgienne est très populaire auprès des québécois, mais sur l’autre rive, et l’endroit visité est Wasaga Beach. Je suis certaine que c’est plus calme et typique du côté où tu te trouves !
    Bien contente que tu te reposes un peu, surtout dans cet endroit … avant il n’y avait rien pour te convaincre de te poser … Bonne journée demain !!!

  3. Oui, c est bien de te voir en photo. Tu as l air en forme, le visage hâlé. Tu as raison de prendre un peu de repos. Tu connais le proverbe: qui veut aller loin, ménage sa monture. Il n y a pas que Petit Prince qui doit être ménagé! Profites et prends soin de toi. Bisous Corinne ????

  4. Des pensées de St Palais…..on te suit toujours….Aude et Jacques avec nous en grande forme avant de reprendre le boulot.
    Bonne idée d avoir ajouté cette possibilité de te localiser car pas facile de se rappeler les coordonnées GPS. On à adoré tes pieds marbré….Xavier est pas mal non plus DS le genre.
    Bon courage. La villa Annette t embrasse.

  5. Salut ma Corinne. Étant absente de Tours depuis 1 mois je n’ai pas pu te lire régulièrement mais maintenant je suis à jour. J’ai trouvé ta maman très bien. Tu es vraiment phé-no-mé-nale!!! J’ai hâte de te revoir, je te fais de gros bisous

  6. 3 jours sans internet oui c’est possible en France. De retour à la maison en banlieue parisienne, je prends plaisir à lire vos journées. Vous semblez filer comme le vent. Cela fait chaud au cœur de voir l’aide et l’accueil que vous apportent les Canadiens.
    Toujours de belles photos qui nous font rêver (votre coupe-vent bleu vous va très bien !…).
    Une journée de repos bien méritée.
    Je suis allé dans les Laurentides en plein hiver. Tout était intégralement couvert de neige et nous passions sur les lacs gelés en ski-doo. Pas un seul vélo en vue il faut dire que par -30° ce n’est pas possible.
    Vos photos me font découvrir un Canada que je ne connaissais pas. Vraiment cela donne envie d’y aller en été.
    Bon courage et merci de rouler pour « Toute à l’école ».
    Stéphane

  7. Maman trop bonne idée ton nouvel onglet qui s’appelle « où suis-je » on arrivait jamais à retrouver le lien pour te suivre! Une fois de plus ça fait trop plaisir de voir des photos de toi 🙂

    Plein de bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *