Etape 49 de Pinetree campground à Anicinabe Park (près de Kenora), 106 km

Dimanche 31 Juillet et repos 1er août, de 25° à 40°C

Et voilà j’attaque l’Ontario, le plus gros morceau de la traversée du Canada.`

img_0787.jpg
Après vous avoir envoyé le matin mon dernier Post, j’ai pris la route avec la volonté de relier Kenora le soir puis de prendre une journée de repos car cela fait 15 jours que je pédale sans repos.

La WHW1 est une route qui varie entre 4 voies et 2 voies. Quand la route est 4 voies, par moment la bande d’arrêt d’urgence disparait et je suis contrainte de rouler à droite de la 4 voies. Deux fois, des voitures sont passées si près que j’ai eu très peur. Elles font cela quand on les double pour ne pas ralentir. Ayant bien compris leur manège, quand je vois dans mon rétroviseur 2 voitures arrivées de front, je m’installe au milieu de la voie de droite ce qui oblige la voiture sur cette voie à ralentir et à me doubler et non me serrer. C’est incroyable d’être obligée de raisonner comme cela.

Il fait très chaud puisque la température monte à 40°C et cela cogne vraiment. Je passe mon temps à m’arrêter pour boire. Au bout de 40 km, je vois un cyclotouriste avec son vélo par terre. Évidemment je stoppe et je lui demande s’il a besoin d’aide. Il est Québécois et me répond en français (il a du voir mon origine grâce à mon merveilleux accent…) il s’est juste arrêté pour une petite pause et comme il n’a pas de béquille sur son vélo (cela me rappelle quelque chose !…), il le couche par terre. Il est très sympathique, on discute et comme lui aussi va à Kenora, on décide de faire la route ensemble. Je suis toute à fait impressionnée par son rythme soutenu et son allure. Pour le suivre, je suis obligée de mettre l’assistance électrique car sinon il me sémerait. Au bout d’un petit moment, il s’arrête pour prendre un médicament (de la dopamine) et m’explique qu’il est Packinsonien diagnostiqué depuis 8 ans, qu’on lui a changé son traitement depuis 3 ans et qu’il va mieux. Comme il adore le vélo, il traverse le Canada de Vancouver à Montréal pour une association luttant contre la maldie de Parkinson. Je reste sans voix et totalement admirative. J’adore ces rencontres qui vous rendent totalement humble.

Sur le trajet restant, je le verrais faire de la gymnastique des bras, se lever à intervalles réguliers de la selle, faire des mouvements de bassin pour lutter contre le raidissement des muscles. Et cette chaleur ne doit rien arranger pour lui.

On commence à voir des lacs

img_0788.jpg
Sur le chemin, on trouve un bureau d’information sur l’Ontario. Et là on récupère d’excellentes cartes détaillées et la liste de tous les campings : le luxe. On se fait expliquer où se trouve le camping de Kenora (près d’un lac), l’hotesse d’accueil nous réserve une place (car à cette saison, le camping est souvent plein) et nous y allons.

Nous arrivons à Kenora

img_0790.jpg

 

 

img_0791.jpg

L’emplacement est sympa et je décide que je passerai ma journée de repos là car cela fait 15 jours d’affilée que je pédale sans arrêt et je suis fatiguée. François (le cyclotouriste) ayant consulté la météo et voyant que des orages sont annoncés pour le lendemain, décide de faire de même.

Le lendemain matin, il ne fait pas beau mais il ne pleut pas. On va prendre un brunch dans une house boat très sympa, sur la terrasse.
La vue de la terrasse

img_0792.jpg

François attend la commande et comme moi, il a faim…

img_0793-2.jpg

Puis on va au magasin de vélo pour trouver de quoi couvrir le casque, quand il pleut mais ils n’ont rien. François m’offrira une casquette imperméable que l’on peut mettre sous le casque. Merci à lui.

L’après-midi, je vous écris ce post et je ne ferais rien d’autre. C’est bon de souffler un peu

4 réflexions sur « Etape 49 de Pinetree campground à Anicinabe Park (près de Kenora), 106 km »

  1. Bon, tu as vraiment mérité de faire cette pause Corinne, car on commençait à se demander comment tu arrivais à tenir ainsi.
    Ça à dû être sympa de trouver quelqu’un avec qui partager un peu la route, mais si je comprends bien, il traçait un peu devant toi, et de toute façon, je pense que la route ne permet pas de rouler à deux de front.
    J’espère que tu seras bien reposée pour attaquer cette nouvelle province, et faire encore de belles découvertes, et des rencontres. Philippe me dit qu’il y a pas mal de forêt, tu vas peut-être croiser un peu de faune.
    Bon Ontario, Corinne, je t’embrasse.

  2. Bonjour

    Hier j ai rencontré une femme extraordinaire qui m épate par sa résilience et son calme. Elle traverse le Canada en solitaire (de Vancouver à Galifax)et c est avec plaisir et fierté qu on fera quelques étapes ensemble.

    Il est peu commun de voir une cyclite en solitaire et qui roule avec une telle ferveur. C est un exemple pour tous.

    Grâce à Corinne , on a trouvé la solution idéale pour pouvoir faire des voyages à vélo avec ma conjointe

    Quel belle rencontre!!!

  3. Un « vieux remois » à Corinne,
    Isabelle, ta cousine, m’a informé de ton projet. Il est merveilleux et à la mesure de Corinne.
    Je me suis inscrit sur ton site et suit jour par jour tes « périgrinations ».

    Le Canada que j’ai traversé EST OUEST en 3 semaines il y a 5 ans est un pays merveilleux. Profites en bien et félicitation pour le moyen de transport choisi.

    A bientôt sur ton site
    Jean Luc

    1. Salut Jean Luc,
      Cela me fait plaisir d’avoir de tes nouvelles. On se fait une petite « bouffe » quand je rentre car cela fait longtemps que je ne t’ai pas vu. Bisous

Répondre à Stroebel Jean Luc Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *