Etape 45 de Langruth à Portage La Prairie, 70 km

Mercredi 27 juillet 2016, température de 19 à 30 °C, nuageux

Annie a trouvé ce qui a provoqué ma grosse cloque (qui est en fait une brûlure) et c’est du à une plante, la Berce du Caucase. Si vous voulez en apprendre plus

http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/nuisibles/berce-caucase/identification.pdf

Donc j’aurais du soigner cela comme une brûlure et non une réaction allergique à une piqure. Maintenant je sais et merci beaucoup Annie de l’aide que tu m’as apportée. Par contre, je n’ai rien dans ma trousse de pharmacie concernant les brûlures car ce n’est pas à cela qu’on pense en voyage. Par contre, ils précisent bien que souvent cela concerne les randonneurs, les personnes vivant dans la nature. J’ai bien regardé la fiche de la plante pour la reconnaitre mais dans ce cas prècis, cela ne m’aurait pas aidée car l’herbe était coupée.

Je suis très contente de savoir ce qui s’est passé car cela élimine le problème de l’allergie. Par contre, il ne fallait pas exposer la brûlure au soleil car la toxine est activée par le soleil. Et bien dans mon cas la brûlure a été toute la journée au soleil (mais sous une créme solaire indice 50). Demain, je mettrai un pansement devant.

Bon, je suis quand même partie ce matin en vélo mais je n’étais pas tonique. Cela m’avait secoué hier (après coup, que d’angoisse pour une brûlure, mais facile à dire après quand on sait !) J’ai roulé tranquillement en ne prenant pas la route que j’avais prévu (Oakland) car j’aurais du la suivre sur plus de 60 km or quand j’ai voulu la prendre c’était une route en terre. J’ai donc continué jusqu’à Portage de Prairie. J’ai essayé Burger King pour son Wifi et cela a marché car j’ai pu vous envoyer l’étape 44.

Là au restaurant, quelqu’un m’a demandé si c’était mon vélo. J’ai répondu oui et il m’a indiqué une piste cyclabe le long d’un lac que je me suis empressée de prendre.

C’est une très jolie ballade

 

Une colonie d’oies Bernaches a élu domicile.


Et puis, plus étrange pour moi car je croyais qu’on ne les trouvait qu’au niveau de la mer: des pélicans


Je demande à quelqu’un qui se promène, ma route et s’il y a un campground. Il y en a un sur l’île du lac et je décide d’y aller passer la nuit: camp très propre, le moins cher depuis le début (10 dollars), mais la douche est payante avec des « loonies », 1 dollar les 3 mn, cela m’énerve mais compte tenu du prix de départ, il n’y a rien à dire, il faut juste prendre assez de Loonies pour ne pas se retrouver pleine de savon quand la douche s’arrête !…

4 réflexions sur « Etape 45 de Langruth à Portage La Prairie, 70 km »

  1. Bonjour Corinne
    bien contente que ce ne soit pas les allergies. plus rassurant quand on connaît la cause..
    vous parlez certainement de Portage « LA » Prairie… pour faciliter la recherche sur google map!
    un paysage « habité » que vous nous montrez aujourd’hui! changement par rapport aux autres jours. les « bêtes » sont moins féroces, je trouve. Bonne continuation dans les « prairies ».

      1. Corinne
        ce n’était pas vraiment la majuscule dans Portage La Prairie qui avait attiré mon attention, c’était plutôt remplacer le « de » par « la » mais je vois que c’est fait…. Allez un détail j’en conviens. Je continue à vous suivre. Bonne route!

  2. Bonjour Corinne, c’est bien que tu aies pu détecter finalement ce qui a causé cette brûlure à la cuisse, maintenant que tu en connais la cause, tu vas surveiller où tu poses tes fesses, je pense! Aude a raison, envoie nous une ou deux photos de toi; tous les gens qui t’accueillent si gentiment seront d’accord pour te prendre en photo, si tu leur dis que c’est ta famille qui est en manque.
    Dommage effectivement que la route ne t’ait pas permis de voir le lac Manitoba, mais je crois que tu en verras d’autres prochainement… Merci pour les photos de pélicans, je les aime beaucoup. Cette fois, je te lis avant de me coucher, nous avons fait une belle balade en vélo jusqu’au Pont de Ré, avec Marine et Mathieu, bien sûr nous avons eu une pensée pour toi en route, surtout quand Marine peinait un peu avec le vent.
    Je t’embrasse, bon courage pour continuer comme tu le fais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *