Étape 43, de Dauphin à McCreary, 84 km

Lundi 25 juillet 2016, température de 22° à 33°C, pas de vent le matin et du vent l’après-midi.

Pour pouvoir poster l’étape 42, je m’arrête à Dauphin à Subway qui est l’endroit où je trouve le plus régulièrement du Wifi. Je n’aime pas du tout ce fast food qui ne fait que des sandwichs avec du pain mou et des aliments tellement industriels ou des salades vraiment mauvaises. Mais pour vous, je m’oblige à y passer régulièrement (vous vous méritez !…). Je commande et … pas du wifi. Je suis fumasse de m’être fait pièger. La prochaine fois avant de commander, je demanderais s’il y a du Wifi ….

Je pars vite en emmenant mon sandwich, je ferai une pause dans la nature, cela sera toujours plus sympa. Le démarrage est dur car je me retrouve face au vent et je n’arrive pas à dépasser 11 km/h, ce qui a le don de m’exciter car je fais plein d’effort avec peu de résultat. Heureusement, je quitte cette route et je me retrouve sans vent, je peux donc bien rouler. Par contre, j’ai le soleil dans les yeux et cela cogne. C’est drôle car il ne fait pas plus de 33°C mais le ressenti est plus fort, peut-être parce qu’il n’y a pas du tout de vent.

Dans le paysage, il y a beaucoup plus de prairies et dans certaines, l’herbe a été coupée d’où l’apparition des « round ballers » qui n’ont pas, comme en France; des plastiques blancs ou verts qui défigurent le paysage.


Voilà une enseigne de ferme comme je n’en avais pas encore vu ! Curieux de mettre cela à coté de la maison.


Je continue quand je vois une voiture qui s’arrête et 2 personnes qui en sortent pour nous prendre en photo. Odile, je sais que c’est pour Petit Prince qui intrigue beaucoup et pas pour moi, rassures-toi ! Ce sont des allemands et qu’est-ce que les gens posent de questions. C’est amusant de voir comme cela les intéresse et à chaque fois que je dis que j’ai un Web site, ils me demandent immédiatement de leur écrire l’adresse. Par contre, mon âge interpelle beaucoup et c’est là que je me rend compte que je deviens vieille (mais tellement pas dans ma tête, que c’est un peu dur moralement).

Puis je m’arrête dans un restaurant qui par chance a un bon wifi, ce qui me permet de vous envoyer l’étape précédente. J’y suis tellement bien que j’y reste 2h30, l’étape va être courte.!…Mais à l’heure du déjeuner ici, je peux discuter avec ma famille sur WhatsApp. Et après je n’avais plus beaucoup de courage, à tel point que je me suis trompée sur la route à prendre. Je voulais prendre la Road 5 East et j’ai pris la Road 5 Sud. C’est en retrouvant le vent que je m’en suis doutée. Trop tard pour faire demi-tour, je continue cette route mais dès que je pourrais, je reprendrais la direction de l’Est pour me rapprocher du Lac Manitoba.

Sur le parcours, un fermier a décidé de s’amuser. Dans une mare, on trouve 2 dinosaures qu’il a bricolés.


Et une coccinelle à partir d’une voiture surnomé la coccinelle !…


A droite toute : C’est ce que je fais à McCreary qui va dans la direction du Lac. Arrivée au Lac, je redescendrais vers le Sud mais en longeant le lac. 

Il fait très lourd, je n’arrête pas de boire et je décide de m’arrêter. Il est clair que moi long arrêt à cassé le rythme. Ce n’est pas un fermier mais un artisan. Je plante la tente derrière la maison et je peux prendre une douche.

2 réflexions sur « Étape 43, de Dauphin à McCreary, 84 km »

  1. Bon, alors je te confirme tout d’abord que tu n’es pas « vieille », tu as conscience que des gens de 20 ans ne feraient pas ce que tu fais!
    Désolés, nous te faisons manger des trucs dégueulasses, mais je tu sais que pour nous, te lire est notre nourriture quotidienne, alors merci beaucoup pour les sacrifices que tu fais pour avoir la wifi en retour, et nous poster tes nouvelles aventures.
    Nous avons eu Pomme à la maison pour une journée, elle a beaucoup aimé l’ile de Ré, et la petite balade nocturne hier, l’occasion d’arroser copieusement les roses trémières.
    Thierry va bien, il vient de repartir à St Palais après un voyage express La Rochelle-Reims et retour.
    Merci de nous faire participer également aux œuvres contemporaines que tu trouves dans les champs, j’ai bien aimé les bestioles façon monstres du Loch Ness.
    Je continue à te suivre, direction lac Manitoba
    Je t’embrasse fort.

    1. Tu sais Odile, j’ai tellement pris l’habitude maintenant d’écrire que cela fait parti de mon trip. La seule chose « chiante » c’est la course au Wifi.
      Merci infiniment pour tous tes commentaires que je guette dès que j’ai le Wifi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *