Étape 42 de Wroxton à Dauphin (campground), 141 km

Dimanche 24 juillet 2016, température de 22 à 31°C, soleil le matin, nuageux l’après midi

Je regarde toujours ma carte le matin avec les personnes qui ont la gentillesse de me recevoir. Jim m’a donné une très bonne idée. Odile, au lieu de descendre vers Winnipeg, je vais suivre la Road 5 vers l’est en direction du Lake Manitoba et aller vers Oakview, Dogcreek. Je pense que cela doit être très beau par là et après seulement je descendrais vers Winnipeg par la Road 6.

Quand je repense à l’accueil de Jim, immédiat après que je lui ai dit que j’avais peur de l’orage qui arrivait, cela me refait penser à une anecdote quand j’étais étudiante. Un de mes amis, Jean, en classes préparatoires, avait passé le concours vétérinaire. Il avait fait le vœu, s’il réussissait, de faire un pélérinage Lyon-Chartres, à pied avec un sac à dos n’ayant que des vêtements de rechange. Il voulait être hébergé et nourrit dans les fermes. Un soir, il est arrivé dans une ferme et il a demandé s’il pouvait partager leur repas. On lui a indiqué le bout de la table où un couvert été déjà mis. Il a fait remarquer qu’ils attendaient quelqu’un et on lui a répondu. »Non c’est la place du pauvre, quiconque se présente à l’heure du repas peut partager notre repas sans que nous lui posions la moindre question ». J’ai trouvé l’accueil de Jim du même style. Merci pour la générosité immédiate. Votre passion des chats m’a bien amusée avec les petits tunnels pour qu’ils jouent, un peu partout, la maison en carton construite, le fil avec une balle qui pend à la porte…et Joyce qui a réussi à sauver ce chaton mourant. Merci infiniment pour votre accueil


Près de la maison de Jim et Joyce, il y avait cet église catholique ukrainienne au milieu de nul part. C’est vraiment étonnant. Il y a eu à une époque une communauté ukrainienne importante qui a construit 2 églises dans le coin. Cette communauté a quasiment disparu. D’où venaient-ils, pourquoi, où sont-ils allés ? On aimerait savoir.


Je continue vers l’Est et je franchis la « frontière » du Manitoba. Nous attaquons donc la 4eme Province du Canada.


Les paysages sont plus variés. On commence par un grand lac: le lac des Prairies


De nombreux bateaux de pêcheurs près des rives et on voit arriver beaucoup de voitures tractant des bateaux. 


Puis en continuant la route, on voit que les points d’eau deviennent plus importants.


Et toujours des champs cultivés de Canola colza qui donnent cette couleur jaune si jolie


Il n’y a plus de vent, le terrain est pratiquement plat, le roule bien et j’atteins finalement la ville de Dauphin alors que j’avais prévu de m’arrêter avant. Je plante la tente en vitesse dans le camping et je cherche un restaurant ouvert. J’ai encore oublié que c’était dimanche. Finalement, je trouve un restaurant chinois entrain de fermer qui accepte de me faire un plat à emporter. Je mangerai bien ce soir.

11 réflexions sur « Étape 42 de Wroxton à Dauphin (campground), 141 km »

  1. 40 à 50 kilomètres les premiers jours, 140 kilomètres maintenant et plus de pannes. Bienfaits de l’entrainement et d’un matériel bien rodé. Le plus intéressant est évidemment les contacts humains. remarquables expériences.

    1. D’accord Yves mais il faut comparer ce qui est comparable. 5O km avec des forts dénivelés dans les Rocheuses n’est pas comparable à 140 km de plat

  2. OK Corinne, j’ai localisé ton trajet sur la carte, je suis prête. Encore une province de traversée, tu as atteint un bon rythme de croisière! Je crois que dans les plaines du Manitoba tu devrais découvrir une faune et une flore intéressantes. En tous cas, il doit déjà y avoir des bisons, si j’en crois le panneau que tu as photographié. J’attends des nouvelles de l’étape suivante avec curiosité, on va voir ce que réserve le trajet que t’a indiqué Jim.
    Je t’embrasse, bon courage pour continuer à ce rythme et bravo.

    1. Odile je suis nulle je me suis plantée sur le trajet. Je vais quand même jusqu’au lac Manitoba mais je descend sur l’autre face que celle prévue. Ce que c’est d’être distrait

  3. voici un résumé de l’histoire des ukrainiens au Manitoba :
    C’est à partir du XIXe siècle que des personnes d’origine ukrainienne arrivent au Canada. La première vague d’immigrants ukrainiens s’y établit pour pratiquer l’agriculture. Pendant la Première Guerre mondiale, à la suite de l’adoption de la Loi des mesures de guerre, des milliers sont emprisonnés à titre d’ennemis.
    Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, l’immigration cesse presque entièrement et les Ukrainiens qui ne sont pas naturalisés sont déclarés « étrangers ennemis » par le gouvernement canadien. Au même moment, plus de 10 000 Ukrainiens s’enrôlent dans les Forces armées canadiennes. (comme c’est cynique) Entre les deux guerres mondiales, environ 70 000 Ukrainiens immigrent au Canada pour des motifs politiques et économiques. Parmi eux se trouvent des anciens combattants, des intellectuels, des professionnels, des paysans. De 1947 à 1954, environ 34 000 Ukrainiens, déplacés par la Deuxième Guerre mondiale, arrivent au Canada. Originaires de tous les territoires ukrainiens, ils forment un groupe socio-économique complexe.
    Alors que les provinces des Prairies ont absorbé la majeure partie des deux premières vagues d’immigrants, c’est surtout l’Ontario qui accueille les nouveaux arrivés.(ce qui peut expliquer leur nombre moins visible au Manitoba) Du milieu des années 1950 jusqu’aux années 1960, seule une poignée d’Ukrainiens arrive au Canada chaque année.

  4. Allo Corinne, tu approches de ma province de plus en plus !!! J’aimerais te recevoir chez moi si ton itinéraire le permet. (je suis à Lévis, sur la Rive-Sud du fleuve St-Laurent) De plus, j’aimerais te proposer un projet. Peut tu me contacter par courriel svp ? A bientôt, Annie 🙂

    1. Annie, je viens de t’envoyer un e-mail.
      J’ai regardé mon trajet et j’ai prévu de passer chez toi. Par contre ne me demandes pas la date !…car je n’en sais rien. Mais comme tu suis mon parcours, tu verras quand je m’approche de chez toi.
      Et merci pour l’invitation.
      J’attends des nouvelles de ton projet
      Bisous

  5. Bonjour Corinne. Toujours aussi courageuse. A ces Canadiens toujours aussi accueillant! Votre mère vous demande de lui envoyer vos photos ainsi que votre vélo! vous lui manqué beaucoup. Elle vous embrasse.

    Je vous embrasse. Yamina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *