Étape 41 De Mikado (3 km après) à Wroxton, 64 km

Samedi 23 juillet, température 18°C à 22°C, beaucoup de pluie

Après une bonne nuit alors qu’un énorme orage a éclaté avec plein d’éclairs (quelle chance de ne pas être sous la tente), je me léve et prends un super petit déjeuner (cela n’a rien à voir avec mes petits déjeuners camping !…). Je finis d’écrire mon étape et je pars. Merci pour tout.

Il y a encore une alerte orage avec éclairs mais pour l’après-midi. Je pars et me dis que j’aviserai en fonction du temps et que je m’adapterai. Un quart d’heure après la pluie, mais vu le ciel, j’avais anticipé et mis mes vêtements de pluie et lunettes aussi je ne suis pas trempée mais bien protégée. Je roule tranquillement et comme je prends de petites routes, il y a peu de voitures et c’est très agréable. Par contre, j’ai à nouveau le vent dans le nez et il est fort, aussi je me traîne comme un escargot. C’est incroyable ce que le vent peut ralentir un vélo. Et que d’effort pour rien, simplement vaincre le vent. C’est du gâchis d’énergie !…Comme je ne vais pas vite j’ai le temps de regarder le paysage


Regardez comme la terre est belle quand elle a été travaillée. Par contre vous voyez comme le ciel est gris


Les poteaux électriques sont dans l’eau


La pluie a agrandi les mares et les arbustes meurent noyés.


Le paysage a les mêmes composants mais comme ils sont arrangés différemment, cela donne au final des paysages variées et je ne m’en lasse pas du tout.

Dans l’après-midi, le ciel se dégage et je pédale sans la pluie ce qui est bien agréable. La température a chuté de 10°C et de 20°C en 4 jours, ce qui n’est pas rien, du coup j’ai remis un pull pour la première fois depuis plusieurs jours.

Je surveille le ciel et il devient très noir et très menaçant. Il faut que je m’arrête avant que le ciel ne me tombe sur la tete car je sens que cela va devenir violent. Je guette  donc les chemins menant aux fermes. Soudain je vois un fermier sur un tracteur dans son chemin. Immédiatement je vais vers lui en lui indiquant que je suis inquiéte à cause du temps et la réaction est superbe et instanée. « Venez ».

Et je rentre dans une maison chaleureuse et accueillante. Il est tout à fait normal et naturel que je sois là. Que tout cela me remplit de joie: la chance que j’ai de trouver des familles accueillantes comme cela.

J’ai passé une excellente soirée avec des personnes à l’esprit très ouvert, un excellent repas avec un bon vin et pour la première fois un digestif. Que souhaitez de plus ? Juste que tous ces bons moments continuent.

Cette famille adore les chats: 3 vivent à l’intérieur et plein à l’extérieur: regardez

Il va falloir faire attention à ne pas embarquer un passager clandestin sur mon vélo

Joyce a trouvé ce chaton mourant et l’a sauvé


Quelle agréable soirée et je suis heureuse de toutes ses belles rencontres qui m’enrichissent.

6 réflexions sur « Étape 41 De Mikado (3 km après) à Wroxton, 64 km »

  1. Bonjour Corinne, et merci pour tes récits toujours aussi intéressants. Je lis ton étape 41 pendant mon petit déjeuner à l’ile de Ré (bien confortable), et je suis impressionnée par les différences de températures que tu subis tout au long de ton parcours. Heureusement que tu es bien équipée pour affronter chaleur, pluie, vent….C’est drôle de lire que le vent te fait constater un gâchis d’énergie, mais tu ne te plains pas de la fatigue que cela te provoque!, je pense que tu as franchi un sacré cap de résistance physique, quelle différence avec les premières semaines!
    Des rencontres et encore des rencontres de personnes chaleureuses, qui t’accueillent avec beaucoup de plaisir, mais c’est vrai que tu y mets aussi du tien, car tu sais aller auprès des gens, c’est une vraie qualité que tu as.
    J’ai lu dans tes étapes précédentes que des gens s’arrêtent pour regarder cet « objet roulant non identifié », et te filment, c’est drôle, tu vas devenir une vedette au Canada, et faire l’objet d’une étude probablement… Ton aventure suscite donc l’admiration et l’envie de t’accueillir. Continue à nous raconter tout cela, c’est un plaisir de lire toutes ces rencontres de personnes, dont le dénominateur commun est quand même l’hospitalité. Heureusement que tu prends des photos, ça te permettra de revivre tous ces moments passés dans ces familles. Bonne route vers le Manitoba Corinne, où tu arrives bientôt je crois. Je t’embrasse.

  2. J’ai oublié de te dire que pour les photos, que tu sembles télécharger un peu plus facilement maintenant , la qualité reste très bonne je trouve. Je clique souvent dessus pour les agrandir, et voir les détails, c’est très correct. Merci beaucoup, cela ajoute un vrai plus aux descriptions que tu nous fais dans tes reportages.

  3. Chère Corinne,
    Le Pecq-plage manquant quelque peu de vie et de surprise en plein mois de juillet, je suis heureuse d’aller lire tes aventures et d’essayer de t’imaginer sur ces routes, continuant à pédaler avec courage même quand tu n’avances pas (dur dur le vent dans le nez!!!) ou que l’orage gronde! Je me demande à quoi tu penses pendant ces longues heures seule : à rien? à la prochaine étape? à regarder les paysages? aux courbatures? à ta famille et tes amis (tu me mentionnes jamais de spleen de ce côté-là)? à tout ça en même temps?
    En tout cas, toutes ces rencontres que tu fais le soir après l’effort doivent te faire un bien fou, c’est extrêmement touchant de sentir la générosité de gens qu’on ne connait même pas…
    Les petits chats sont trop mignons, j’en adopterais bien un tout de suite car notre chatte Nouméa nous a quittés après 14 ans de vie commune (insuffisance rénale sévère), et nous avons tous été très émus et tristes, en particulier Lauriane et Gilles qui l’aimaient énormément.
    Ici nous avons enfin un vrai été, après un juin et début juillet genre Toussaint brumeuse et arrosée! Du coup, on a du mal à s’habituer à la chaleur…mais rien à voir avec celle que tu endures par moments.
    je pense à toi et t’embrasse fort!
    Chantal

    1. Je suis contente de lire tes longs commentaires.
      Je pense à plein de choses quand je pédale et souvent aux problèmes que j’ai du mal à résoudre. S’oxygéner le cerveau comme cela et bien on réfléchit mieux et de façon constructive.
      Pour le spleen avec la famille, quand j’ai du Wifi, je communique via WhatsApp qui a le grand mérite de permettre de téléphoner gratuitement.
      Et pour la générosité des canadiens, je dirais que c’est ma grande surprise car je n’avais jamais imaginé cela et pour moi, cela sera une grande réussite de mon trip d’avoir réussi à rencontrer toutes ces personnes généreuses et si différentes

  4. Corinne,
    Nous te suivons toujours avec grande attention et te lisons aussi toujours avec autant de plaisir. Que de belles rencontres que tu sais quand-même aller cueillir quand elles se présentent à toi sur la route.
    Merci pour tout ce temps que tu passes à nous raconter chacune de tes étapes et surtout à les poster sur le net, plusieurs heures de transmission, je suis impressionné.
    J’ai fait au moins 20 km à vélo aujourd’hui, avec un petit sac à dos d’au moins 500g, ce type de micro performance doit te faire sourire maintenant.
    Bonne continuation et bises de l’Ile de Ré.

    1. L’île de Ré est très belle et elle est aménagée pour les vélos, alors vous avez bien raison d’en profiter tous les 2.
      C’est vrai que le Wifi c’est galère mais aujourd’hui je me suis arrêtée car j’avais trop chaud et dans le restaurant où je suis, cela marche nickel
      Bonnes vacances et profitez en bien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *