Étape 30 de Calgary à Irricana, 48 km

Samedi 9 juillet 2016, température de 20 à 24°C, très nuageux à pluie battante avec orage et éclairs, dénivelé+

Exceptionnellement, j’ai commencé mon étape à vélo vers 12h30. Je voulais avoir toute ma famille au téléphone (mari, enfants et maman) et je voulais vous envoyer l’étape de Calgary. Je n’ai pas réussi à avoir tout le monde mais j’ai réussi à envoyer l’étape de Calgary.

Puis j’ai revu avec Rick ce que j’avais prévu comme trajet et j’ai suivi ces conseils. Il pense en effet que la route que j’ai choisi n’a pas grand intérêt et que je vais avoir beaucoup de traffic. Aussi il me conseille de remonter vers le nord vers Prince Albert, région qui est plus jolie puis de redescendre vers Winnipeg. Cela fait plus long, mais il me dit que si je manque de temps, je n’ai qu’à prendre un Greyhound et sauter des étapes. Je pense qu’il a totalement raison. Il me fait un plan pour démarrer et me suggére un camping à Irricana (Odile, il faut changer de carte et bien suivre à partir de la balise car le chemin va être beaucoup plus tortueux.)

Rick ne veut pas me laisser sortir de Calgary à vélo, pour ma sécurité aussi il met Petit Prince dans sa camionnette et m’emmène sur la route que je dois suivre hors de la ville.

Quelle chance j’ai eu de rencontrer cette famille. Rick et Tania sont d’origine américaine, de familles aisées, mais il y a 15 ans, à l’époque de la famille Bush, ils n’appréciaient pas du tout la politique et le traitement social, aussi ils ont décidé d’émigrer au Canada, près de la montagne d’où le choix de Calgary. Rick a créé une fondation financée par le gouvernement Canadien pour aider les jeunes en utilisant comme moyen le vélo et en organisant des voyages à l’étranger en particulier en Argentine (3 semaines environ), avec 3 adultes encadrant 10 jeunes. La particpation aux frais est fonction des revenus. Dans l’année, les jeunes montent eux même leur vélo (ils en ont un millier en réserve que leur donnent les gens). La fondation a 4 permanents et 10 personnes à temps partiel. Je suis très heureuse d’avoir rencontré cette famille aux valeurs fortes avec un sens de l’entraide formidable. A la soirée, j’ai pu voir comme ils étaient appréciés par leurs voisins.

Merci beaucoup pour votre accueil chaleureux.

Mais il me faut partir, j’ai toujours un peu le cafard après des accueils si gentils, mais il me faut avancer. la route sur laquelle Rick m’a laissée est agréable et le paysage complétemment différent. Pour le vélo, alternance de collines et de descentes, mais je n’utilise jamais l’assistance électrique car il n’y a plus de montée redoutable. Je roule tranquillement. Sur ces routes secondaires, il n’y a plus la protection de la ligne blanche car il y a seulement 50 cm derrière la ligne.


Comme vous le voyez, le ciel est très noir. Je trouve maintenant des fermes des champs cultivés et des élevages (des vaches de la race Angus qui donnent une si bonne viande) le long de la route.


Les fermes ont souvent des plaques sympa pour leur nom.


Une église et un cimetière

Les cimetières ont toujours des tombes très espacées
Je continue à avancer mais l’orage éclate derrière moi. Le tonnerre gronde et il y a beaucoup d’éclairs. Mais au dessus de moi, le ciel est clair donc je continue. Puis l’orage passe sur ma droite, je n’aime pas cela car j’ai l’impression d’être cernée.  Et évidemment l’orage finit par arriver sur moi et je commence à être éffrayée. Je pense que cela devient dangereux et qu’il faut que je me mette à l’abri. Je prends un chemin sur la gauche et 500m plus loin j’attéris dans une casse avec une maison très sale. Je fais immédiatement demi-tour mais les éclairs tombent autour de moi et je deviens angoissée. 1km plus loin, nouveau chemin à gauche que j’emprunte. C’est une belle ferme bien entretenue. Je frappe et explique que je suis en vélo, que j’ai peur de cet orage terrible (c’est la première fois depuis que je suis au Canada que j’ai un orage, j’avais juste eu de la pluie avant). Après un instant de surprise de voir quelqu’un d’inconnu, dégoulinant des pieds à la tête frappé à la porte, ils me font rentrer. Ils ont 4 adultes et une petite fille de 18 mois. Ils sont réunis car ils attendent la naissance d’un enfant chez un des leurs 6 garçons. Ce sont les 2 couples de grands parents qui attendent la nouvelle. Ils sont entrain de préparer le dîner et m’invite à diner avec eux. Puis l’un des couples repart et on me propose de coucher là, ce que j’accepte bien sûr. Et à 20h, la nouvelle tombe, un garçon de 10 livres est né. Il sortent une bonne bouteille de vin californien et nous trinquons. C’est sympa. Puis une photo arrive et le commentaire du grand père me fait rire car le bébé est vraiment gros, « c’est un bébé sumo »!…s’exclame t-il.

Je passe une bonne soirée pendant que l’orage se déchaîne autour de nous. Ils regardent le temps pour demain. Cela va être la même chose: gros orage vers 16h, 17h. Comme il y a 80 km pour la prochaine étape, ils vont m’avancer de 20 km avec le pick up pour etre sûr que j’arrive avant l’orage mais ce soir c’est camping, donc tente trempée à ranger.


Merci à Warren, Lavonne et Brylee (petite fille dans les bras de son grand père qui vient d’avoir un petit frère) de m’avoir accueillie et hébergée si gentiment un soir d’orage.

11 réflexions sur « Étape 30 de Calgary à Irricana, 48 km »

  1. Ben dis donc, encore des frayeurs que nous vivons de loin avec toi, mais on comprend bien que cela puisse faire peur de se trouver à vélo, seule au monde, au milieu d’un tel orage, ce qui est quand même dangereux! Une fois de plus, tu as trouvé ta bonne étoile en te dirigeant vers cette maison accueillante. C’est la providence qui te guide, et te permet de rencontrer ces gens qui te sont tous d’un grand secours. Je pense que tu pourras décerner la médaille de l’accueil et de la bienveillance aux Canadiens. Bonne continuation Corinne, je t’embrasse fort.

  2. J’ai donc bien noté que tu as bifurqué, je pense que tu prends la route qui va vers Saskatoon. C’est vraiment bien que tu bénéficies des conseils de tes hôtes, qui sont également cyclistes,et connaissent les pièges à éviter, ou les routes inintéressantes. Je pars donc avec toi vers Prince Albert.

    1. Odile, à Calgary, ils m’ont dit de monter direct sur le Nord le plus possible, donc je vais suivre la route 36 jusqu’au bout puis tourner à droite vers Prince Albert. Bisous

  3. Bonjour Corinne,
    Merci également pour les commentaires que tu prends le temps de nous laisser, c’est très gentil de ta part.
    Merci pour ces photos tout à fait typiques, dignes de véritables westerns , tu as bien fait de prendre une journée à Calgary pour t’imprégner de cette fête, nous avons ainsi eu la chance d’en profiter.
    Tu as pu constater qu’il peut donc y avoir plus inconfortable que ton vélo qui, même s’il a chuté quelque fois, se montre me semble-t-il, un solide allié.
    Voyager sans calendrier peut se transformer en errance si l’on n’y prend pas garde, mais prendre le temps de voyager, c’est découvrir. Cette halte à Calgary s’inscrit tout à fait dans cette démarche et nous t’en remercions encore.
    Je pense que tes hôtes de Calgary t’ont vraiment bien conseillée. J’avais été voir le chemin le long de la HW transCanada, il m’était apparu d’une grande monotonie.
    C’est donc très bien que tu puisses cheminer dans un environnement plus varié en empruntant des routes plus « vélo-compatibles ».
    Bonne route et bonnes découvertes, et si possible, un temps un peu plus clément que les éléments qui se déchainent sur toi.

    J’ai bien lu ta demande pour l’utilisation de XnView. Je t’ai envoyé un mail sur l’adresse utilisée pour envoyer le journal de tes étapes, mais je ne suis pas sûr que tu puisses le recevoir.
    J’ai donc également mis le fichier explicatif en téléchargement à cette adresse, c’est un fichier « pdf » qui sera donc simple en lecture.
    http://109.190.111.154:8181/share.cgi?ssid=0uZW9cK
    J’espère que ces explications te seront utiles.
    Courage, nous ne te lâchons pas d’un centimètre !

  4. coucou c est khadija et votre maman
    Votre maman trouve que le temps est long et s impatiente de vous revoir. Nous suivons vos aventure de près et quelle chance que vous avez de trouver des personnes charmantes sur VOTRE CHEMIN lorsque vous vous trouvez en difficulté
    BONNE ROUTE
    cordialement Khadija

    1. Bonjour Maman chérie. Merci de me suivre. Je comprends pour vous que le temps soit long, mais vous avez de mes nouvelles presque tous les jours, c’est plus fréquent que mes coup de fils !
      Je pense à vous et je vous aime très fort.
      Je vous embrasse. COrinne

  5. Bonjour Corinne,
    Pas de nouvelles, un peu inquiet de te voir tourner en rond dans la vallée de la Red Deer River.
    Cherchant à comprendre ce qu’il se passait, j’ai ensuite craint un moment que tu ne te fasses avaler direct par un dinosaure, mais je crois avoir compris que tu nous prépares un superbe reportage photo.
    En tous les cas, je sais qu’à l’heure où je t’écris tu es en pays civilisé et que tu reprends des forces au Subway de Hanna
    ( il suffit de prendre les coordonnées GPS de ta balise et de les copier sur Google Maps / Street et nous sommes immédiatement à tes côtés !)
    Bonne pause, dans l’attente impatiente de te lire.

    1. Bravo Philippe, tu m’apprends quelque chose que je ne savais pas au sujet de la balise. Tu rends compte de la précision qui te permet de savoir que je me ravitaille au Subway (qui est tout petit). Quand il vende la balise, il te dise qu’elle est précise à 5m près et bien on a la preuve que ce n’est pas de la publicité mensongère.
      Le reportage photos précedent est parti.
      Bisous et encore merci pour tes commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *