Étape 22 De Purden Lake Resort à Beavers RV Park, 95 km + 42 km

Dimanche 26 juin, Température 18 à 24°C; nuageux et soleil, dénivelé +

Je quitte avec joie ce camping que j’ai trouvé détestable, un monde fou serré les uns contre les autres, bruyant (musique forte, compresseur jusqu’à 23h), aucun respect des autres. Heureusement c’est le premier comme cela. Par contre, point positif, il a un restaurant qui est bon aussi j’ai pu diner et prendre un petit déjeuner, ce qui est un luxe.
Puis j’ai pris la route avec Petit Prince. J’avais prévu de m’arrêter à Dôme Creek, petite communauté à l’écart de la HW16 mais à côté de la ligne de chemin de fer. J’ignore son histoire mais je sais qu’elle existe (Je pense que cela ressemble à Cedervale, la petite communauté où vivait Gunther le Biker Harley Davidson). C’est drôle, les voisins de ses petites communautés semblent les ignorer, je ne sais pas pourquoi. Donc, au moment du départ, la propriétaire du restaurant me dit que je ferais bien mieux de m’arrêter à Slim Creek qui est sur la HW16 à 75 km. Je décide de suivre ses conseils et j’ai donc un nouvel objectif pour le soir.
Je roule ou plutôt nous roulons et les paysages sont toujours aussi beaux.

Je ne vous ai pas parlé de la forêt (et je ne vous parlerais pas des saignées, c’est-à-dire les coupes de bois où il ne reste plus un arbre). Cette forêt subit une invasion massive de scarabée, insecte endémique qui s’est soudain multiplié. Une des explications est le grand nombre d’arbres matures, cible privilégiée de l’insecte et le réchauffement climatique. Cette insecte remonte de plus en plus vers le nord et de nombreuses forêts de British Colombie sont atteintes. Un des moyens de lutter contre cette invasion est les feux planifiés mais avec la sécheresse cela devient dangereux. Des panneaux, par moment, expliquent que la forêt est gérée. Cela consiste à avoir des résineux de 3 tailles, petits, moyens et grands mélangés à des feuillus.


De temps en temps, on voit un panneau indiquant vieille forêt et là le spectacle est triste car beaucoup d’arbres sont malades ou morts.


C’est pourquoi par moment, on voit beaucoup de feuillus qui s’installent à la place de la forêt d’origine quand celle-ci a été décimée par le maladie, le feu…

Quand il y a des panneaux explicatifs dans des aires d’arrêts, je vais toujours lire pour savoir s’il y a des choses intéressantes à apprendre. Vu la vitesse du vélo (et maintenant que Petit Prince tient bien debout à l’arrêt), cela est facile de flâner.

A un moment, à ma grande surprise, je vois un museau sur ma gauche, à 150m de moi, sortir de la forêt, puis un loup marchant au petit trot, suivi d’un autre loup. J’ai bien eu le temps de les voir mais pas de sortir l’appareil photo ! J’ignorais qu’il y avait des loups dans cette forêt. L’intérêt d’un vélo, c’est que l’on ne fait pas de bruit et comme la route était très déserté; je ne les ai pas dérangés.

Les km passant, j’arrive à 75 km et je ne vois pas de Slim Creek, je me dis que le nombre de km était approximatif, aussi je continue. Dans cette région, il n’y a pas une seule maison, rien au niveau humain est présent. J’atteins 80 km puis 85, 90, 95 et je n’en peux plus. C’est toujours des montées et des descentes, je suis fatiguée, j’ai atteint ma limite en nombre de km en montagne. Je m’arrête car je n’ai plus d’eau à boire. J’ouvre une gourde, la mets la tête en bas pour montrer qu’elle est vide et je décide d’arrêter une voiture pour demander de l’eau. Personne ne passe dans mon sens, il y a peu de circulation. Je vois arriver un pick up dans l’autre sens alors je tente ma chance, celui-ci ralentit fait demi-tour et vient se garer derrière moi. Il n’a pas d’eau mais il m’offre un litre d’Ice Tea que j’attaque immédiatement. Il me demande ce que je fais dans ce désert car je suis à 42 km de la plus proche ville McBride. Je lui explique que j’attends de trouver Slim Creek. Il m’explique alors que je l’ai dépassé depuis 25 km, que ce n’est pas le long de la HW et que c’est difficile à trouver quand on ne connait pas. Bien en un mot, je suis plantée. Il remonte dans sa voiture et moi, je me dit que la seule chose qu’il me reste à faire, c’est du stop avec mon vélo.

A ce moment là, ce jeune homme ressort de sa voiture en me disant qu’il ne peut pas me planter là toute seule, que ce n’est pas possible pour lui et qu’il va m’emmener à McBride. Je lui fait gentiment remarquer qu’il allait dans l’autre sens à Prince George. Et bien, cela me fera 2 heures de plus et puis c’est tout, voilà sa réponse !..

A ce moment là un bel ours est passé dernière nous à 300m

Et nous avons chargé Petit Prince et les sacoches dans le pick up (il ne faudrait pas que Petit Prince prenne des mauvaises habitudes à se faire, comme cela, trimbaler dans un pick up).

Il m’a déposé dans un camping à la sortie de la ville


Merci à vous Caleb, de vous êtes arrêté, d’avoir ramassé au bord de la route une inconnue avec son vélo, de m’avoir aidée à me sortir de ce mauvais pas. J’ai beaucoup apprécié et je vous en suis très reconnaissante.

De plus, le camping était à l’opposé de l’autre, calme, propre et avec une vue superbe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *