Etape 19 : De piper Glen Resort (en bordure de Fraser Lake) à 80 km chez un fermier sur la HW 16

Température de 18 à 24°C, nuageux, quelques gouttes de pluie; dénivelé +
Total km = 1266

Après avoir posté mes 2 dernières étapes ce matin, je suis partie sous un ciel très menaçant.

Au km 15, j’ai vu mon quatrième ours, à 300m devant moi. Il a déboulé de la gauche devant une voiture qui l’a évité de justesse. Une voiture qui venait en sens inverse a klaxonné pour le faire fuir. Il a traversé très vite puis a parcouru les 20m d’herbes hautes à toute vitesse et il est rentré dans la forêt. J’ai eu la preuve qu’un ours courre très vite ! J’ai eu peur car j’ai vraiment cru qu’il allait se faire shooter par une voiture.

Mais cette rencontre n’a rien à voir avec la précédente car le lieu n’est pas aussi sauvage. Il y a régulièrement des barbelés et énormément de camions et voitures qui sont très bruyants et cela gâche un peu tout.

La deuxième partie de l’étape passait par Vanderhoof et là, c’est à fuir. Il y a une zone industrielle avec des usines (les premières que je vois depuis Prince Rupert) et après, plein de panneaux publicitaires comme dans nos banlieues défigurées. Bref un lieu à traverser sans s’attarder.

J’ai continué la route en sachant que je n’avais pas de camping pour le soir car trop loin pour moi. Aussi, à partir du soixante quinzième km, j’ai cherché des maisons et j’ai opté pour une ferme puisque je n’en ai pas fait jusqu’à présent.

L’agriculteur m’a immédiatement autorisé à camper dans sa cour et m’a fourni tout de suite de l’eau et de l’éléctricité donc tout va bien.

Question photos, c’est pauvre aujourd’hui à cause du problème de la béquille cassée de mon vélo. J’ai déjà la réponse de Philippe (Vélofasto) toujours aussi rapide et professionnel. Première bonne nouvelle, la béquille n’est pas spécifique au vélo. Il me suggère de le garer contre un arbre ou un poteau mais cela ne marche pas au cours de l’étape seulement à la fin d’une étape.

Pourquoi ? Parce que les Highway sont toutes construites sur le même modèle : une route à 2 voies + 2 bandes d’urgences d’1,5m qui servent de piste cyclable + 5m de part et d’autre de fossé + 15m de part et d’autre d’herbes hautes ou d’arbustes jusqu’à la forêt ou un champ . Il n’y a jamais d’arbre ou de poteau, je suppose pour des raisons de sécurité. Donc sans béquille sur mon vélo, je n’ai que la possibilité de le coucher par terre, ce qui, au niveau sécurité est dangereux vu la largeur de la piste cyclable. D’où le fait, qu’aujourd’hui je n’ai pas pris de photo.

Il me faut donc trouver impérativement une béquille très costaud qui convienne au vélo et là ce n’est pas gagné d’avance.

Je dois solutionner ce problème car cela me pourrit la vie.

Finalement l’agriculteur m’a emmenée dans un routier où sa femme travaille, si bien que j’ai pu manger une grosse soupe donc pas de repas camping.

Par contre, on a un peu discuté sur la suite du parcours et ils me disent que sur 250 km, après Prince George, je ne trouverai rien, pas même une maison, ce qui m’obligerait à prendre un car Greyhounds. Il faut vraiment que je me renseigne car je ne veux pas rester en rade mais je ne veux pas non plus rater des étapes inutilement.

3 réflexions sur « Etape 19 : De piper Glen Resort (en bordure de Fraser Lake) à 80 km chez un fermier sur la HW 16 »

  1. Salut Corinne,
    Bon, à part l’ours tu sembles ne pas avoir vu de très belles choses au cours de cette étape, mais ce n’est pas grave, tu en apprécieras d’autant les suivantes.
    Pour la béquille, je pense que tu devrais en trouver une à Prince Georges car ça semble être une agglomération quand même un peu importante. J’ai vu qu’il y a des magasins de cycles ou matériel de vélo, je suis sûre que tu vas trouver la bonne personne pour te renseigner ou t’y emmener.
    Je t’embrasse fort

  2. Hello Corinne. Embêtant pour la béquille et l impossibilité de trouver un hébergement prochainement . Pour avoir utilisé les bus greyhounds en février dernier sur Atlanta, savannah et nashville, Patrick et moi nous interrogeons sur la possibilité d y charger ton vélo couché ds de bonnes conditions. A voir. Courage

  3. Pendant l’une de mes randonnées, j’ai tenu à respecter scrupuleusement mon programme et à camper tous les soirs alors que, souvent, j’aurais pu profiter de l’hospitalité des riverains, ce serait à refaire j’essaierai toujours d’en profiter pour avoir le maximum de rencontres enrichissantes.
    Bonne route.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *