Etape 13 : De Terrace à Cedervale, 76 km

Highway 16, Température de 12°C à 30°C, dénivellé 835 +

Après avoir passé une journée chez des Warmshowers très gentils et très acceuillant, j’ai repris la route après un solide petit déjeuner (avec des pancakes chauds et frais + sirop d’érable, bref un régal), j’ai repris mon coursier Petit Prince qui avait gentiment dormi dans le garage et nous voilà repartis tous les deux. La route est magnifique, pas trop de camions et j’arrive de mieux en mieux à monter les côtes. Je sens que la forme revient doucement.

 

Vers le 30 km, je découvre au bord de la route une petite chapelle avec un mémorial. Je m’arrête pour voir cela d’un peu plus près.

Visitons Welcome

La petite chapelle appelle le recueillement et je suis entrée. L’intérieur est très sobre avec une croix en bois, quelques bancs et plusieurs bibles posées sur les bancs. Si on est croyant, c’est un lieu paisible pour prier.

A côté de la Chapelle, il y a un mémorial pour les victimes du travail du bois dans les forêts avec une stéle et une statue en bois. La vue est belle

La statue du bûcheron

Après cette pause je reprends la route tranquillement. Un des grands avantages du vélo couché est que l’on regarde droit devant soi. On n’a jamais la tête penchée en avant donc on profite des paysages et on peut bien observer autour de soi. A un moment, j’ai l’impréssion d’avoir vu quelque chose bouger sur ma gauche. Je m’arrête, sors l’appareil photo, regarde au téléobjectif mais je ne vois rien

Pourtant, je n’ai pas l’impression d’avoir rêvé, aussi j’attends un peu. Et qu’est ce que je vois : mon premier ours

Il sort du bois

Il se promène

Il m’a vu

Il s’éloigne

Il est dans le fossé près de la route

Il traverse derrière moi

Il s’éloigne
On s’est regardé et j’avoue que cela fait un drôle d’effet. Le moins que je puisse dire, c’est que j’étais tendue. Il a fini par traverser la route en passant derrière moi, puis il s’en est allé calmement au milieu des herbes. J’ai enfin vu mon premier ours.

Je suis remontée sur mon vélo et 10 km plus loin, j’ai eu l’impression de voir bouger sur ma droite à 5 m de la route. j’ai immédiatement traversé la route pour me retrouver de l’autre côté. Puis j’ai attendu à nouveau quand soudain un nouvel ours a surgi.

On voit tout d’abord une tâche marron


Puis une tête surgir

L’ours traverse la route


Et s’installe juste de l’autre côté sans bouger


Je ne savais pas trop quoi faire (la protection d’un vélo, dans ce genre de situation me semble extrêmement relative…) quand un camion est arrivé, visiblement le chauffeur a compris la situation, a bloqué son Klaxon et l’ours s’est enfui dans la fôret. J’avais prévu de faire du camping sauvage, mais je ne sais pas pourquoi, l’envie de faire cela m’est passée !

J’ai donc repris mon vélo mais avant de repartir j’ai mis mon sifflet autour du cou (protection bien dérisoire mais comme il faut faire du bruit si l’ours s’approche, à vélo je n’ai que cela.) Je n’avais pas pensé au croisement d’ours sur la route, seulement aux rencontres éventuelles en camping. Tout cela m’a un peu secouée

Je suis à nouveau repartie mais j’avais les jambes un peu coupées d’autant plus que je n’ai pratiquement pas utilisé la VAE. J’avais prévu de m’arrêter à Cedervale et j’ai été bien contente d’y arriver. Comme ce lieu est juste constitué de quelques maisons, je me suis arrêtée à la première en demandant la permission de camper dans le jardin (pas de camping avant 60 km). Et je suis tombée sur l’original du coin. Par sécurité, je descend toujours de vélo avec ma balise InReach en précisant que je suis tracée toutes les 10 mn. Et je n’arrête pas tout de suite ma balise. Il m’a accueillie très gentiment comme si cela était complétemment normal, offert du café. Le style de l’homme est « biker d’Harley Davidson « , ce qu’il est avec un énorme tatouage d’Harley Davidson sur le bras.
Nous avons bien ri de mes photos d’ours et il s’est beaucoup moqué de moi gentiment avec mon vélo. Il m’a dit que j’étais folle de faire cela à vélo car avec une bonne moto, je ne me fatiguerais pas. Que puis-je répondre à cela ?

Puis il m’a avoué que les ours venait fréquemment chez lui et m’a proposée de coucher dans une petite maison indépendante qu’il a construit pour loger quelqu’un quand il a besoin de se faire aider dans le cadre de son travail (il construit des maisons). J’avoue que cela m’a rassurée. Puis il m’a dit que j’avais besoin de prendre des forces et m’a invité dans le restaurant du coin. Pour y aller, on quittait la Highway 16 pour prendre la route 37 et on passait par le village Kitwanga, connu comme un village indiens avec des totems authentiques. Très gentiment, il s’est arrêté pour que je puisse les voir de près.

Un totem en détail

Un autre

Le village est d’une pauvreté affligeante. On m’a dit que tout l’argent était mis dans les voitures et les jouets pour les enfants. Et c’est vrai qu’il y avait des belles voitures.

Puis nous sommes allés au restaurant où j’ai mangé un très bon flétan après une bonne soupe

`
Ensuite je suis allée me coucher car j’étais fatiguée. C’est le genre de rencontre que je n’aurais jamais pu faire en France et là encore quand je vois la gentillesse de l’accueil, cela fait chaud au cœur. Les Canadiens ont vraiment le sens de l’hospitalité et ici, je ne suis pas vraiment chez un Warmshower !…
.Merci Gunther pour l’hospitalité formidable

13 réflexions sur « Etape 13 : De Terrace à Cedervale, 76 km »

    1. Merci pour ce beau récit Corinne !
      Tes photos sont très belles et tes rencontres font chaud au cœur.
      Tte la famille t’embrasse.

  1. Merci de nous faire partager ta rencontre avec l’ours!!!! j’avais été déçue que tu n’en aies pas vu au précédent camping. Tu as de la chance, j’en avais vu un en Roumanie, mais pas d’aussi près. Tu as dû avoir le souffle coupé en prenant les photos, elles sont bien réussies. Tu vois, ce sont les vraies récompenses de tes efforts, de même que les rencontres avec tous ces gens accueillants.
    Repose-toi bien pour attaquer les étapes suivantes.Bises

  2. C’est là qu’on se retrouve tout petit face à l’ours. Soyez prudente surtout dans les routes moins fréquentées.
    Bon courage
    Bernadette H

  3. Alors là, je ne sais pas comment tu fais pour garder ton sang-froid avec un ours qui t’observe au bord de la route et continuer à prendre des photos!
    Tu voulais vivre des émotions fortes pour avoir le sentiment d’exister. Tu es servie au delà de tes espérances…
    Ce que je trouve formidable dans ton périple, ce sont toutes ces belles rencontres avec des inconnus qui t’aident, t’offrent un repas ou un gîte. Je pense qu’ils doivent être épatés par le défi que tu t’es lancé et que tu suscites beaucoup d’empathie. Bon courage pour les prochaines étapes!
    Je t’embrasse Pascale

  4. Merci Corinne pour ces récits que tu prends le temps de nous faire partager.
    Bravo, c’est épatant tout ce que nous racontes, c’est une vraie aventure que tu ne dois qu’à ton courage, je suis impressionné. C’est super que la forme commence à revenir et que tes étapes ne soient plus une souffrance, profites en pleinement mais reste prudente quand même.
    J’ai vu hier soir, enfin cette nuit, ton arrivée à Cedarvale, j’avais mis la carte Delorme sur mon second écran et je voyais ta balise avancer, puis elle s’est durablement arrêtée à l’étape qui fut la tienne. Ce soir, tu es à New Hazelton, je pense.
    Bonne continuation et merci pour les rêves que tu nous envoies.

  5. Petit complément, en fait, il semble que tu fasses plutôt une halte au camping de Hazelton, juste dans le virage. Je viens de faire un bout de route de la fin de ton étape sur Google street. Donc, le traçage de ta balise + Google street permettent vraiment d’être un peu sur la route avec toi ! Merci
    Bonne continuation

  6. Ce voyage ne manque pas d’imprévus de toute sorte on dirait avec de belles rencontres animales mais surtout humaines, ( ça redonne espoir….ici à Paris les gens se tapent dessus, une autre vision du monde…..) on roule à tes côtés mais au chaud sur notre canapé et les frissons en moins.
    reste prudente cependant.
    Bonne semaine, je te lis tous les samedis matin avec régal et impatience.
    odile l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *