Étape 5 : Nanaimo à Qualicum First Nation – 64 km

Température ; 31 degré, nuageux, chaud


Après avoir été formidablement aidée par Jodi et son mari (expédier mes 10 kg à rapatrier en France – trouver le modèle de rétroviseur pour mon vélo) je suis partie le 06 juin au matin pour continuer mon tour. Au bout d’un km, j’ai vu que l’assistance électrique ne fonctionnait pas. Immédiatement ce fut la grosse angoisse, car là je me sens très impuissante et incompétente pour régler le problème. Que puis-je faire ? J’étais perdue aussi j’ai fait demi-tour et je suis revenue chez Jodi, très confuse de ce faux départ. Immédiatement son mari est allé chercher la voiture, on a chargé le vélo après avoir enlevé les sacoches et direction le vendeur de vélo où on avait acheté le rétroviseur et qui fait aussi réparateur. Tout de suite un mécanicien est venu s’occuper de mon vélo et en 5 mn, il avait trouvé la panne (au niveau du contacteur sur le vélo, il m’a dit que je devais régulièrement le vérifier ce qu’avait oublié de me dire le vendeur de la VAE). Il m’a bien tout expliqué et rassuré. Après très gentiment il m’a pris mon casque en me disant qu’il n’était pas bien réglé, puis m’a demandé s’il pouvait m’aider à autre chose. Et bien sûr, il ne m’a pas fait payer. Le sens de l’entraide des canadiens m’émerveille.

Deuxième départ qui cette fois ci a été le bon. Direction Campbell River en 3 étapes.

Le trajet a été adapté pour la suite car j’avais prévu de prendre un bateau de Port Hardy pour remonter jusqu’à Prince Rupert pour faire la route des glaciers. J’avais regardé la fréquence des ferry et il était indiqué, un tous les 2 jours en saison haute, je m’étais donc organisé en fonction de cela. Mais je m’étais juste trompée dans ce qui est la « haute saison » pour les canadiens, c’est seulement juillet et août. Et donc, hors saison, le Ferry ne fonctionne qu’une fois par semaine. Je me serais donc retrouvée à Port Hardy coincée pendant 5 jours à attendre le prochain ferry. Je suis obligée de tenir compte des dates du ferry (11 et 18 juin). Il me faut donc me débrouiller pour arriver le 11 juin mais comment faire sachant que je ne peux pas en pédalant arriver pour cette date. Après avoir réfléchi avec Jodi, une seule solution est faisable ; prendre le bus à Campbell River qui me déposera à Port Mc Neill, petit port situé à 47 Km de Port Hardy. Le seul problème est qu’il arrive à 18h30 et qu’il faudra que je trouve à me loger. Il fallait aussi que je sache s’il acceptait Petit Prince. J’ai eu de la chance, il y a 2 places de vélo et il en restait une. Donc j’ai pu faire une réservation pour le 09/06 à 14h, il faudra donc que j’arrive à l’heure. J’ai fait, dans la foulée une réservation pour le ferry le 11 juin. Tout ceci écourte un peu le nombre d’étapes prévues sur l’île de Vancouver : 3 étapes en moins

Je partais donc l’esprit tranquille avec un vélo allégé (cela se sent beaucoup, le vélo est plus manipulable et son poids ne m’embarque plus à l’arrêt, par contre il est évident qu’il va me manquer des choses vu le tri drastique que j’ai fait, mais je verrais bien) et toutes mes réservations faites. Et la, le miracle des trajets Google Map pour les vélos, il m’a fait passer par le chemin des écoliers et en particulier traverser la ville très étendue de Parksville par les rues pleins de bons jardins


Et devinez ce que j’ai vu au milieu d’un jardin ? La scène était superbe.


Par contre, dans ces conditions, avec des jardins ouverts, quels dégâts. Je l’ai vu devant moi brouter une rangée d’iris, il ne restait plus grand chose après son passage. Mais les canadiens, quand il trouve un animal broutant dans leur jardin, il ne le chasse pas, il le laisse libre.

 

Après avoir traversé la ville, j’ai emprunté une superbe piste cyclable

Et sur ces pistes cyclables, on trouve régulièrement des voiturettes de personnes âgées et ce qui est drôle c’est qu’elles ont systématiquement sur leur voiturette le drapeau canadien. L’un d’eux m’a arrêtée pour discuter et je lui ai demandé la permission de le photographier. Il était très fier


Le voyage s’est poursuivi tranquillement jusqu’au camping superbe situé face à la mer.

image

imageEt voilà ce que je voyais de ma tente au réveil : des oies sauvages

image

 

 

2 réflexions sur « Étape 5 : Nanaimo à Qualicum First Nation – 64 km »

  1. Merci pour les photos, je voulais justement te demander de mettre une photo de toi, c’est fait! Quant à la faune que tu as la chance de croiser, c’est une vraie récompense de tes efforts, je pense, merci de nous les faire partager. J’ai bien aimé aussi le raton laveur dans le cerisier! Continue bien, et bon courage, mais je crois maintenant que tu as trouvé ton rythme, les premiers jours sont les plus durs. Je suis de tout coeur avec toi

  2. Salut Mamoune, on se demandait ou tu étais! Ça fait plaisir de voir une photo de toi. Les Canadiens sont tellement sympa ça m’étonnera toujours. Les paysages font rêver et je ne parle pas des animaux que tu rencontres. Chanceuse! Je t’aime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *